Home A la Une Présidentielle au Sénégal : quand les propos d’un responsable crées une...

Présidentielle au Sénégal : quand les propos d’un responsable crées une vive polémique ethnico-religieuse

À deux jours  de l’élection présidentielle au Sénégal, la tension semble être à son comble.

La majorité présidentielle croit fermement  à la réélection du président sortant, Macky Sall au premier tour alors que  alors que l’opposition tient à son second tour.

Pour l’instant rien n’est officiel, la CENI ne sait pas encore prononcer .Mais c’est la guerre des chiffres, chacun brandit  ses  résultats suivant les tendances publiées.

Des moments de pires dérapages.  C’est le cas de  Moussa Diop,  Directeur de Dakar Dem Dikk (DDD) , société des transports publics, par  ailleurs responsable  politique de l’APR , parti au pouvoir  dans le Fouta  (Nord du Sénégal).

L’avocat de formation et d’ethnie peul a lancé des pics à l’endroit  de la communauté mouride.

Le responsable a  souligné que sa région mérite beaucoup plus  de considération avec le résultat obtenu dans cette localité, devenu un bastion électoral incontournable  du président  Sall.

Et par conséquent, rajoute-t-il, le Fouta ne doit pas être négligé dans  les investissements publics, faisant allusion  à une infrastructure   (autoroute Ila-Touba) construite pour relier la ville sainte de Touba  à Dakar.

Maitre Diop ne s’est désolé que le président investi beaucoup d’argent à touba (milards de FCFA) pour chaque fois perdre laba les élections (législatives, référendum, présidentielles).

« J’ai vraiment envie de louer un Caterpillar pour enlever  ila-Touba pour le mettre à ila-Fouta », a-t-il déclaré, dans un ton moqueur.

Mais cette déclaration a plus que heurté   toute une  communauté mouride, confrérie fondé par Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké . Certains disciples   à travers les réseaux sociaux  ont attaqué non seulement la personne mais toute la communauté peule.

« les  halpulars , communauté peul  , sont des jaloux  et procèdent  à  des votes ethniques  mais qu’ils sachent que Touba est une  ville sainte qui va toujours demeurer l’épicentre politico religieuse», a scandé un disciple mouride très remonté contre cette déclaration qu’il  qualifié de provocation.

Actuellement , la question est au cœur des débats  dans les coins et recoins de la capitale sénégalaise,  Dakar , en  passant par Diourbel , fiel du mouridisme où  le président sortant , a été battu , dans les  localités très reculées du Fouta , c’est le même sujet qui est abordé.

De l’avis de certains observateurs, le Sénégal  qui a été  l’une des plus grandes vitrines de la démocratie est en train de reculer .La question éthique et religieuse  s’est fait beaucoup sentir dans ces élections présidentielles.

En guise d’exemples,  les trois candidats en l’occurrence, Mackly Sall (ethnie peul), Ousmane Sonko (ethnie Diola) et El hadj Sall (incarnant une branche religieuse moustarchidine  issue du  tidianisme) ont fait ressortir ces traits, pourtant formellement interdits par les textes.

Jamais dans l’histoire du Sénégal  un scrutin n’a eu autant de connotations ethniques et religieuses.

En attendant que la Commission électorale nationale autonome (CENA) proclame les résultats officiels d’ici vendredi au plus tard.

Il faut que le peuple sénégalais sache raison garder et éviter d’être orienté dans ce débat de bas étage qui n’honore pas la république.

Il y a des gens tapis dans l’ombre qui n’attendent que ces genres de situation pour tirer sur la ficelle.

Prudence !

Ibrahima Junior Dia 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here