Home A la Une Mauritanie : qui suis-je ?

Mauritanie : qui suis-je ?

L’affaire  du naufrage des 53 jeunes mauritaniens  dans les côtes espagnoles a encore une fois soulevé  la problématique de l’unité nationale et la cohésion sociale.

En effet, certains organismes de défenses humains  notamment les Forces de Libération Africaines de Mauritanie (FLAM) ont pointé du doigt l’attitude du régime  face à cette tragédie, qu’ils considèrent  comme  une grande catastrophe.

Le  mouvement revendicatif est unanime, si l’ État est dans la passivité sur cette affaire c’est parce que la majorité  ou presque tous les migrants sont  négro-africains.

Dans le même tempo, l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA) et certains activistes sont  montés au créneau pour dénoncer  la « ségrégation du régime »

Et si les naufragés étaient beïdanes, est-ce que les autorités aller réagir de cette manière, s’interrogent les plus radicalistes défenseurs des droits de l’homme en Mauritanie.

Actuellement, ce drame défraie la chronique  en Mauritanie .Aussi bien la classe politique que le milieu communautaire, les commentaires vont bon train.

Certains politiciens utilisent  cette affaire  pour faire de la récupération. Le parti Islamiste, Tawassoul avance que si  les jeunes quittent  leur pays pour tenter l’aventure  en Europe  c’est parce  que la situation économique est  chaotique.  Le chômage persiste et  les jeunes n’ont plus d’espoir, a commenté le parti dans un communiqué  parvenu à la presse, mercredi 23 janvier.

Par contre les droit de l’hommistes notamment  l’IRA et les FLAM voient  dans cette affaire une discrimination ethnique.

Une situation qui aggrave les tensions socio-économiques  du pays à quelques mois des  élections présidentielles.

De l’avis de certains observateurs, les politiciens  ainsi que  les  activistes doivent   savoir raison garder.

Une nation est très sensible aux  questions, religieuses, ethniques  et raciales.

Du jour  au lendemain, ces genres de considérations peuvent aboutir à  une déstabilisation du pays. Et du coup porté attente à l’intégration nationale.

Les mauritaniens doivent cultiver la tolérance, la compréhension  et l’unité  pour  sauvegarder  les principes fondamentaux de cette jeune république.

Agée seulement de 59 ans, la jeune nation a encore besoin des valeurs telles que la  défense de l’honneur, la fraternité et la justice.

Maintenant, il appartient au peuple de s’approprier ces valeurs et d’éviter  certains genres de considérations.

Arrêtons !

Ibrahima Junior Dia 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here