Mauritanie : les autorités réactualisent le dossier des...

Mauritanie : les autorités réactualisent le dossier des « crimes transfrontaliers »

0

Après  la manifestation de l’opposition pour  dénoncer  le processus électoral unilatéral, les autorités semblent  être dans la logique de la réponse du berger à la bergère.

En effet, dans le cadre du dossier des « crimes transfrontaliers », la police a procédé, mardi  15 mai, une perquisition dans les domiciles de l’homme d’affaire, Mohamed Bouamatou.

Les forces de l’ordre ont également  descendu à la maison du représentant du  forum national pour la démocratie et l’unité (FNDU)  auprès de l’Union Européenne (UE) et de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) Mr Mohamed Ould Debagh.

Dans un communiqué, publié, mercredi 15 mai, le FNDU a condamné avec la plus grande énergie, l’attitude des autorités, qui selon eux  commettent une forfaiture.

La coalition de partis  a également mentionné que ces actes témoignent  que le pouvoir  en est à sa fin du règne.

« Les partisans de Aziz ont mis  le pays à genou avec  la recrudescence  de la corruption, de la gabegie, du  népotisme et de l’appauvrissement des populations,  qui a atteint des proportions inquiétants », a noté le document.

« Le pouvoir de Ould Abdel Aziz  ne prospère que de la répression, une arme qu’il utilise efficacement  pour éliminer ses adversaires politiques », s’est désolé le FNDU.

Sur ce, la formation de demande la libération du sénateur Mohamed Ould Ghadda et l’arrêt immédiat des poursuites arbitraires contre les hommes d’affaires opposants, les sénateurs, les journalistes et les syndicalistes.

Ibrahima Junior Dia

 

 

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE