IRA-Communiqué de presse: L’interdiction frappe les activités à l’intérieur des foyers

IRA-Communiqué de presse: L’interdiction frappe les activités à l’intérieur des foyers

0

IRA-Communiqué de presse: L’interdiction frappe les activités à l’intérieur des foyers

29 January, 2018 – 02:22

Vers la fin de la première journée du congrès de IRA – Mauritanie, les autorités du département de Riyadh où se trouve le domicile du président Biram Dah Abeid, convoquèrent ce dernier et lui signifièrent que le ministre de l'intérieur a envoyé des pelletons de forces de police, lourdement armés, et minus d'un ordre d'attaquer l'assemblée à l'intérieur de la maison et d'exercer un droit de poursuite dans les maisons environnantes. L'utilisation de la violence leur est autorisée contre les personnes rassemblées dans les maisons, notamment l'usage de gourdins et de matraques, mais aussi les bombes assourdissantes ou à gaz lacrymogène. Le président d'IRA – Mauritanie questionna le préfet: est ce que vous avez constaté une occupation de la place public, un tapage inapproprié, ou une contravention quelconque? Le préfet répondit non, mais ajoute que c'est une décision émanant d'en haut.

Tout de suite après, le président Biram Dah Abeid réunit le bureau exécutif, pour évaluer la situation et celui-ci constata ce qui suit:

  1. depuis son retour au pays il y a quatre semaines, BDA a insufflé un espoir nouveau à tous les pôles de l'opposition mauritanienne, en instiguant des rapprochements, des rencontres et échanges, mais aussi en lançant une dynamique de concertation et d'unité qui vise l'éclosion, le raffermissement et la consacration d'un large front englobant classe politique et société civile, visant l'exigence pacifique et démocratique, d'une alternance constitutionnelle et paisible en Mauritanie en 2019. Aussi, la présence de Biram Dah Abeid sur le territoire national, revigore la dynamique des jeunes dans leur contestation pacifique de l'arbitraire à travers marches et sit-in et en guise d'exemples, nous pouvons citer les deux marches des jeunes et femmes qu’IRA – Mauritanie a organisé les 2 et 15 janvier 2018
  2. Le pouvoir de Mohamed ould Abdelaziz, est désarmé face à la nouvelle donne qui le met face à une opposition dépassant ses particularités ethniques, sociale ou idéologique pour des objectifs prioritaires, une union autour des principes d'État de droit et de cohabitation, le respect des règles du jeu électoral et des lois constitutionnelles dans le but d'élections libres et transparentes et d'alternance apaisée en 2018-2019.

Le rôle éminent de Biram Dah Abeid dans cette dynamique de changement national, ne sied pas à ould Abdelaziz ce qui l’entraine dans une logique irresponsable de recherche d'une situation de crise capable de justifier sa soustraction à la compétition démocratique et aux respects des textes et délais constitutionnels.

3- IRA – Mauritanie maintient son agenda de dénonciation par le droit, les gestes et la parole pacifique, de la politique dictatoriale, gabegiste, raciste et esclavagiste du régime de ould Abdelaziz.

4- Refuse de céder à la manœuvre ignoble et exécrable du régime qui vise à inonder un quartier déshérité par une armée d'occupation à l'image de la police sous le régime d'Aziz; des enfants, des personnes âgées, des malades qui vont le plus en souffrir et peut-être perdre leurs vies.

5- IRA organisera, comme par le passé, ses marches et sit-in dans les places publiques et grands artères du centre ville, et sans aucun préjudice pour les personnes ou les biens publics ou privés.

6- IRA a déplacé le lieu de la séance de validation des travaux et résolutions de son 3eme congrès et transmettra à l'opinion publique nationale et internationale ainsi qu'aux médias les résolutions et les constitutions des nouvelles structures.

IRA remercie vivement les associations, partis politiques et médias pour avoir participé à la séance d'ouverture, remercie encore autant ceux des dirigeants de l'opposition politique et civile qui se sont déplacés au domicile du président en guise de solidarité suite à cette nouvelle violation de droit que constitue le suprême arbitraire de menacer de mettre tout un quartier déshérité à feu et à sang parce que des citoyens incorruptibles, militants d'une cause juste, sont tranquillement assis pour contribuer de manière pacifique, à l'édification de la justice, de la paix et du bien-être de leur peuple.

Nouakchott le 28/01/2018 La commission de communication

Article Original

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE