Mauritanie : l’Etat accélère le processus de nationalisation de l’emploi

Mauritanie : l’Etat accélère le processus de nationalisation de l’emploi

0

Le gouvernement mauritanien  a revu les termes d’employabilité  de la main d’œuvre étrangère dans  le but d’assainir le milieu de l’emploi et de donner une réelle chance aux nationaux.

En effet, un projet de loi relative  aux conditions d’emploi de la main-d’œuvre étrangère  a été examiné, jeudi 11 janvier, en marge du conseil des ministres.

Ainsi, les  autorités ont fixé de nouvelles réglementations  aux  travailleurs étrangers.  Désormais la main d’œuvre étrangère devra se munir  d’un permis de travail pour  exercer en Mauritanie.

Cette  décision intervient dans un contexte  de précarité de l’emploi en Mauritanie  avec  notamment  le chômage des jeunes où le taux avoisine les 45%.

S’exprimant  sur cette mesure  lors  des commentaires consacrés aux conseils  des ministres, le ministre de tutelle, M. Seyidna Ali Ould Mohamed Khouna  a apporté  des explications détaillées sur cette décision.

Ould Mohamed Khouna  a indiqué que , « ce décret vise à définir des règles générales de l’emploi de la main-d’œuvre étrangère afin d’aider la main d’œuvre nationale et lui accorder la priorité dans l’accès aux opportunités d’emploi offertes, tout en préservant les intérêts des entreprises ».

Poursuivant ses dires,  le ministre  a souligné  que, « ce décret tend à fixer les règles générales de l’emploi de la main d’œuvre étrangère en vue d’appuyer la main d’œuvre nationale et à lui donner la priorité de bénéficier des opportunités d’emplois disponibles tout en préservant les intérêts des entreprises ».

Et d’ajouter, « ce  projet de décret décide de la mauritanisation pour plus de 8 travailleurs et que toute demande d’embauche supérieure à 8 emplois doit nécessairement être accompagnée par un plan de mauritanisation du même nombre d’emplois. Au cas où le nombre demandé est en deçà et que les mauritaniens postulants répondent aux critères requis, ils sont prioritaires ».

« Si ces mauritaniens répondent aux critères mais manquent seulement d’expérience, ils doivent être embauchés avec les étrangers jusqu’à ce qu’ils acquièrent l’expérience nécessaire pour être définitivement recrutés en lieu et place », conclut-il.

Ibrahima Junior  Dia

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE