Mauritanie/CEDEAO : un jour de remariage !

Mauritanie/CEDEAO : un jour de remariage !

0

La Mauritanie et la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sont-elles  prêtes pour le remariage ?  En tout cas une réelle détermination  est observée dans les deux camps. En effet, le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz  s’est rendu, samedi 16 décembre, dans la capitale nigériane pour participer à la 52e Session Ordinaire de la conférence des chefs d’Etats. Ceci dans le cadre de renforcer  le partenariat  entre les deux parties notamment   le suivi de l’accord d’association, paraphé le mois de mai dernier.

Une histoire pour la Mauritanie de « courtiser » la CEDEAO, âgée maintenant de 42 ans (1975-2017), de l’avis de certains observateurs.

En tout  cas  les propos du chef de l’Etat Mauritanien, en disent quelque chose sur  cette  nouvelle alliance entre  l’institution et la Mauritanie.

Ainsi, lors de son allocution,  Mohamed Ould  Abdel Aziz  a souligné que, «la Mauritanie sait pouvoir compter sur vous, chers frères, chefs d’Etat et de  gouvernement (de la CEDEAO) pour le parachèvement de notre accord d’association ».

Et d’ajouter, « la Mauritanie et les pays de la CEDEAO sont liés par la géographie et par des liens humains indéfectibles. C’est pourquoi nous-nous sommes engagés résolument, en Mauritanie, à favoriser la création d’un cadre efficace d’échange et de partenariat avec la CEDEAO».

De l’avis de certains spécialistes de la géopolitique , la Mauritanie et  la  CEDEAO sont obligées  de renforcer  leur partenariat  (accord d’association)  et même  sceller à nouveau  leur  mariage , dans un contexte  actuel  de menace terroriste  dans cette zone du sahel ,  qui constitue un sérieux  coup de  frein aux développements socio-économiques  de ses Etats.

Etant donné que , la paix rime  avec  le  développement  ,  la Mauritanie  sera la  bienvenue  dans cette  entité puisqu’elle  est un état tampon entre l’Afrique de l’ouest et  l’Afrique du nord , pouvant servir de relais pour coordonner et  lutter efficacement contre le terrorisme .

Maintenant   que  les choses  semblent  se  dessiner pour  le « pays  du million de poètes », qui est devenu  par  la mise en œuvre  des  réformes  (législation sur le code des investissements), le pays d’un million d’opportunités d’investissement.

Une aubaine pour la CEDEAO qui se cherche depuis  des années  pour  élargir  sa sphère  d’influence régionale  et se positionner  dans le  cercle restreint des régions les plus  intégrées  au  monde.

D’ailleurs, une étude avait révélé qu’avec l’intégration du Maroc au sein de cet espace, la CEDEAO deviendrait  la 17e puissance  économique mondiale  avec un marché de consommation de près de 384 millions d’habitants  pour un PIB  qui avoisine 700 milliards de dollars.

Une opportunité que les autorités mauritaniennes comptent saisir. Ainsi, l’Etat s’est  résolument engagé à mettre en œuvre tout  une législation (tarif extérieur commun (TEC) de la CEDEAO)  pour  favoriser  et booster le volume des échanges  entre les deux entités.

Rappelons que, la Mauritanie a quitté la CEDEAO en 2000, pour se consacrer   à l’union du Maghreb Arabe (UMA), qui peine jusqu’à présent à sortir de sa léthargie.

Ibrahima Junior Dia

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE