Mauritanie : l’affaire du blogueur Ould Mkheittir divise le pays

Mauritanie : l’affaire du blogueur Ould Mkheittir divise le pays

0
PARTAGER

La société  mauritanienne   n’a jamais été aussi divisée  pour une affaire sociétale. En effet, le cas  du blogueur, Mohamed Cheikh Ould Mohamed a mis le pays en 2 camps, les partisans de la peine de mort  et ceux  de la liberté pour  le blogueur.

Après plusieurs mois de suspense, la Cour d’Appel de Nouadhibou (localité située à 465 kilomètres au Nord de Nouakchott)  a finalement rendu son verdict,  le jeudi dernier. Ainsi, le jeune blogueur  est condamné  à une peine de 2 ans, qu’il a déjà purgé  et une amende de 60000 ouguiyas.

Une situation qui met certaines franges de la population dans  tous ses états. C’est ainsi que des séries de manifestations sont organisées partout  en Mauritanie, allant des coins les plus reculés  du pays pour  exiger  que Ould Mkheittir  soit exécuté.

Actuellement, cette histoire anime  les  débats  dans les rues  mauritaniennes,  allant de Nouakchott, Nouadhibou, Zouerate, Adrar, etc. L’affaire du blogueur est dans toutes les lèvres.

Cette  affaire  n’épargne pas  également  la communauté internationale  qui à travers  les défenseurs des droits humains  se glorifient de cette décision de libérer, le « blasphémateur ».

Dans ce sens, l’ONG,  Reporters sans frontières, a dans un communiqué publié, lundi 13 novembre, magnifié,  la décision de la justice de faire humer l’air de la liberté au blogueur, qui a exprimé son profond repentir.

De l’avis de certains observateurs, le blogueur  est  dans une situation très délicate et risque même d’être tué car  certains « activistes » sont prêts à lui faire sa fête.

Jusqu’ à présent  les plus « radicalistes » ne peuvent pas digérer qu’un homme qui a tenu des “propos maladroits” envers le prophète (PSL) puisse rester en vie  dans un pays composée de 100% de musulmans.

Rappelons que cette histoire remontre en 2014 où le jeune homme avait publié des articles sur le prophète, jugés blasphématoires.

Ibrahima Junior Dia 

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE