Paris: APPEL A MANIFESTER

Paris: APPEL A MANIFESTER

0
PARTAGER

Non au 28 novembre à KAÉDI 1990 : pendaison de 28 militaires négro-mauritaniens à Inal
Dans le cadre de sa campagne électorale, le général Mohamed Ould Abdel Aziz
a tenu un meeting le mardi 25 juillet 2017 à Kaédi. Pour convaincre les
populations noires mauritaniennes de la vallée du fleuve Sénégal à voter «oui» à
son référendum du 5 août, l'actuel chef du système génocidaire mauritanien, a
promis de célébrer le 28 novembre prochain, date de l’indépendance de la
Mauritanie dans la capitale du Gorgol.
Une fois de plus, après sa prière des morts à Kaédi, Mohamed Ould Abdel Aziz
veut pousser plus loin la provocation en célébrant un 28 novembre à Kaédi, dans
une des régions du pays la plus meurtrie par les massacres génocidaires de 1989,
1990 et 1991.
Pour l'ensemble de la communauté noire mauritanienne, Le 28 novembre n'est
plus un jour de festivités et de réjouissances mais, à jamais, un jour de deuil et
de recueillement figé dans la mémoire des veuves, et des orphelins.
Nous, Collectif des organisations des mauritaniens de France, lançons un appel
aux Mauritaniens à manifester leur rejet de cette «célébration» par tous les
moyens :
➢ du boycott pur et simple de toutes les manifestations festives organisées
ce jour à Kaédi par l’affichage public de NOTRE DEUIL.
➢ OUI au 28 novembre, journée de deuil et de recueillement de tous les
Mauritaniens en communion avec les veuves, les orphelins et les parents
des pendus d’INAL.
C’est dans cette optique que le COLLECTIF organise une manifestation
Le SAMEDI 25 NOVEMBRE à la Place TROCADERO de Paris à partir de
14h.
Nous invitons tous-tes les amis-es et la Diaspora mauritanienne à se joindre à
nous pour dénoncer les exactions commises contre la population noire de
Mauritanie depuis son indépendance (pendaisons, enrôlement discriminatoire,
référendum, esclavage et fausses prières).
Fait à Paris, le 01 novembre 2017
LE COLLECTIF
Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence à www.Boolumbal.orgOriginal Article

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE