Home Non classé VIOLENCES POST- ÉLECTORALES  AU GABON : LA  COMMUNAUTÉ  MAURITANIENNE   PERD  PLUS DE 6...

VIOLENCES POST- ÉLECTORALES  AU GABON : LA  COMMUNAUTÉ  MAURITANIENNE   PERD  PLUS DE 6 MILLIARDS D’OUGUIYAS

La violence post- électorale ne finit pas de faire ces dégâts au Gabon. En effet la communauté  mauritanienne  plus particulièrement les commerçants ont perdu des biens évalués à plus de 6 milliards d’ouguiyas, soit environ 10 milliards de FCA, a-t-on appris ce 06 septembre des sources de webnews.

Selon ce site les ressortissants mauritaniens (commerçants, d’opérateurs économiques etc.) ont  subi un véritable préjudice à l’instar des autres communautés fortement présentes au Gabon.

« Notre communauté  vit  des moments difficiles. Elle est exposée au premier  débordement  faute de protection », se plaint un des ressortissants mauritaniens cités par le site, Taleb Ould Saleck.

Même si on a du mal à quantifier  exactement  les dégâts matériels, la désolation,  la stupeur  et la tourmente  sont  devenues des réalités quotidiennes  pour les  ressortissants Mauritaniens de Libreville.

« Au moment de mon départ il régnait une grosse peur au sein  de la  communauté  mauritanienne. Les craintes se confirment  aujourd’hui, avec la multiplication des pillages », a indiqué  C.K .Diagana, opérateur  dans la filière textile, parti de  Libreville le 25 août dernier, moins de 48 heures avant le vote.

Et  d’ajouter, « je suis en contact  permanent  avec mes compagnons restés sur place  et les nouvelles  sont de plus en plus alarmantes ».

Quant – au ressortissant mauritanien, Mohammed Cheikh  originaire de guerou (est de la Mauritanie)  interrogé par le « 360 Afrique ». Ce dernier a soutenu, « plus de 100 magasins à grandes surfaces et un millier  de commerces de moindre importance, propriétés de Mauritaniens ont été pillés ».

Un autre témoin du nom de Alhousseinou  Sao ressortissant  du village de N’diaffane  Dioké  (près de Kaédi, vallée du fleuve)  confirme les pillages en ses termes, « au moins 500 magasins appartenant à des Mauritaniens ont été dévalisés par des pillards impossibles à identifier ».

Il a déclaré que, « seules les propriétés  situées  prés de la présidence de la république, pas loin du grand marché, échappent aux pilleurs .Ici, c’est  la grande peur ».

Les ressortissants mauritaniens déplorent, qu’il n’y  a pas de consulat à Libreville mais seulement  un consul honoraire  qui réside plutôt à Dubaï. De ce fait ils ne sont pas en sécurité.

Rappelons que ces violences sont intervenues au Gabon  à la suite  de la proclamation des résultats  de l’élection présidentielle  du 27 août  dernier. Le verdict des urnes a donné vainqueur le président sortant, Ali Bongo avec 49,85 %  des suffrages  contre 48,16 % pour son rival, Jean Ping.

Ibrahima Dia

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here