Mauritanie/accès à l’eau potable : guerre des chiffres entre la BAD et...

Mauritanie/accès à l’eau potable : guerre des chiffres entre la BAD et les autorités

0

Alors que les autorités mauritaniennes soutiennent  sans cesse que 80% de la population aura accès à l’eau potable au plus tard fin 2018 et 100%  d’ici 2020, la BAD émet des réserves et  table sur des  taux beaucoup plus faibles.

Dans un communiqué, publié, mercredi 28 novembre, l’institution   a reconnu  que  malgré les efforts entrepris par les autorités pour résoudre le problème du manque d’eau, les objectifs  seront  difficilement  atteints.

Ceci du fait  que  des contraintes majeures subsistent. Parmi elles on peut citer  un manque de système de distribution adéquat  mais également  à l’insuffisance des capacités techniques et financières de l’Office national mauritanien des services d’eau en milieu rural (ONSER), chargé d’alimenter en eau plus de 800 centres ruraux .

Selon El Faleh Jalel, ingénieur hydraulique à la BAD,  le manque d’eau   se fait  sentir aussi bien  dans la capitale,  Nouakchott  que   dans les zones rurales, dues  essentiellement à la baisse de la pluviométrie.

« Toutefois, les principaux indicateurs de performance du secteur montrent que l’objectif d’assurer l’accès à l’eau potable pour 100 % la population à l’horizon 2020 est possible, et l’échéance de l’horizon 2030 est envisageable si la Mauritanie, avec l’appui de ses partenaires techniques et financiers, parvient à mettre en œuvre les projets et programmes nécessaires. », a-t-il nuancé.

Achèvement  des   réseaux d’adduction d’eau

D’après le communiqué,  « Sur les 22 forages d’exploitation prévus au départ, 17 ont été réalisés, et sur les 22 nouveaux réseaux d’adduction solaire d’eau potable (AEP), 9 sont achevés, quand 11 sont en phase de réception et 2 en cours d’exécution. En outre, les travaux de réhabilitation de 10 anciens réseaux AEP sont achevés ».

Selon la même source, « cela permet à 180 000 personnes au total, réparties sur 450 villages des zones de M’bout, Monguel et Barkéol, de voir l’eau potable couler de leurs robinets. Reste désormais, à travers toute la Mauritanie, l’achèvement de 947 réseaux d’adduction d’eau. Et, en amont, seront bâties trois stations de pompage d’un débit respectif de 170 000 m³/jour, 160 000 m³/jour et 150 000 m³/jour – conception, réalisation, essais et formation du personnel inclus ».

« Au bout du processus, qui comporte également la rénovation des conduites de transfert des stations de pompage du fleuve Sénégal aux usines de prétraitement et de traitement, figure la réhabilitation de la conduite de raccordement de l’usine de traitement située au PK 17 du réseau de distribution de la ville de Nouakchott », ajoute le document.

Ibrahima Junior Dia

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE