Mauritanie : les acteurs de la pêche se penchent sur...

Mauritanie : les acteurs de la pêche se penchent sur le projet « PROMOPECHE »

0

Les acteurs de la pêche mauritanienne et étrangère, agents, mareyeurs ainsi que les partenaires techniques et financiers  (BIT, AECID, GIZ  UE)  se sont réunis à Nouakchott, pour faire le point  du  projet « PROMOPECHE ».

Cet atelier organisé  par  le bureau Mauritanie du BIT entre dans le cadre des accords de pêche entre la Mauritanie et l’UE et  dont le 30e anniversaire  a été célébré en 2017.

Durant deux jours (du 12 au 13 novembre), les participants ont  échangé à travers des exposés- débats sur les sujets relatifs  au développement dudit projet.

Un programme qui a   pour objectif principal de renforcer le secteur de la pêche artisanale et sa contribution à la création d’emplois décents pour les jeunes hommes et femmes mauritaniens.

La question dominante a été   la mise en place du  projet de point de débarquement aménagé pour les pêcheurs artisanaux mauritaniens.

À cette occasion, M. Fedrico Barroeta, Point Focal du Bureau International du Travail (BIT) à Nouakchott en Mauritanie, a laissé entendre que l’objectif de cette rencontre est de créer une synergie autour du secteur de pêche en Mauritanie, en impliquant tous les acteurs nationaux et  étrangers   afin de permettre d’aller à des infrastructures  adaptées aux  besoins  du marché et   d’améliorer l’employabilité des jeunes.

De son côté, le représentant de l’UE, M. Colombo Emrico  a mis l’accent sur  la problématique des PDA, qui peuvent  contribuer de manière significative à la valorisation du potentiel de la pêche artisanale.

Lancé  au mois de mai dernier, le programme Promo Pêche a été financé à hauteur de 27 millions d’euros provenant dans sa majeure partie du Fonds fiduciaire d’urgence de l’Union européenne pour l’Afrique et d’une contribution de l’Allemagne.

Mis en œuvre par le Bureau International du Travail (BIT), la Coopération technique allemande (GIZ) et l’Agence espagnole de coopération internationale pour le Développement (AECID), il investira entre autres sur la formation initiale et continue, le soutien aux petites et moyennes entreprises, l’aménagement de points de débarquement, la modernisation des outils de production, l’adoption et application des normes d’hygiène et qualité adaptées, et sur la gestion et conservation de la ressource.

Ibrahima Junior Dia

 

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE