Djiinda Moustapha Ball, la prime de la jeunesse

Djiinda Moustapha Ball, la prime de la jeunesse

0

Classée par le magazine Mauritanies1 parmi les 50 leaders qui feront la Mauritanie de demain (le classement date de 2015), Djinda Ball, 37 ans, n’est pas une inconnue dans l’espace public mauritanien.

La nouvelle ministre de la Jeunesse et des Sports est fille d’un haut fonctionnaire à la retraite (ex DG des Impôts). Mais C’est avant tout une communicante, versée dans l’histoire et les sciences politiques, aussi bien à l’aise en Poular, qu’elle manie avec dextérité, qu’en Hassaniya, qu’elle pratique avec aisance, ou encore en Wolof et en Français.
Titulaire d’un Master en communication et stratégies de crise de l’Institut Supérieur Européen de Gestion de Paris, cette Nouakchottoise pur jus a fondé son agence de communication, Butterfly (Papillon en anglais), en 2005. Epouse d’un célèbre banquier de la place, Djinda Moustapha Ball est engagée dans le soutien de l’action politique du président Mohamed Ould Abdel Aziz dès l’accession de celui-ci au pouvoir comme elle a eu à le démontrer lors de chaque visite du président dans la ville de Kaédi.

A travers Butterfly, Djinda Ball a eu à accompagner plusieurs projets et événements publics et privés marquants comme l’ouverture de l’hôtel Azalaï à Nouakchott. Sa nomination au poste de ministre de la Jeunesse et des Sports confirme une ascension et la suite logique d’un engagement politique sur le terrain et notamment à Kaédi. Propulsée au devant la scène, dans un ministère très politique qui a besoin d’un vent de renouveau, la descendante de Koli Tingala doit user de sa force de caractère pour imposer ses réformes.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE