Mohamed Yehdih Ould Breideleil, une voix solitaire dans le désert

Mohamed Yehdih Ould Breideleil, une voix solitaire dans le désert

0

Ses écrits récents trahissent un certain adoucissement du à l’âge. Mais dans le fond, le défenseur d’une identité arabe exclusive de la Mauritanie, au mépris de l’histoire et de l’évidence de la démographie, n’a rien renoncé à sa posture de toujours.

Mohamed Yehdih Ould Breideleil est partisan d’une grande Mauritanie maure, allant du territoire actuel à l’Azawad malien et des provinces sahariennes du Maroc à l’Atlantique. En 1988, à une année des événements de 1989, il fait partie des baathistes emprisonnés par le régime Ould Taya. Au cours du procès, la république découvrait que le grand intellectuel émargeait mensuellement à l’ambassade d’Irak. Quiconque serait confondu en intelligence avec une puissance étrangère connaîtrait un autre sort que Mohamed Yehdih Ould Breideleil, bombardé secrétaire général du Comité militaire de salut national (CMSN) dès la fin d’une peine de prison dont la clémence frappa les esprits. Depuis, l’homme a été le féroce idéologue pour une communauté et contre toutes les autres. Le caractère pluriel de la Mauritanie est évident pour le commun des citoyens sauf pour ce grand érudit. Le serait-il, Ould Breideleil voudrait que cette identité mauritanienne, qui chemine depuis des siècles à travers les empires du Ghana, du Tekrour, du Walo et les grands émirats maures, soit arabisé.
Voici ce qu’il écrivait selon un texte traduit de l’arabe et publié sur Cridem en novembre 2017 : “les poches colonialistes continuent d’être actives dans la société et l’administration, barrant le chemin à la langue du pays . Il n’y a guère d’étude , travail artistique, administratif ou commercial formulés dans la langue officielle du pays » …

L’usage du terme “langue du pays” illustre un discours exclusif et réducteur d’une Mauritanie réelle à tout le moins différente de la Mauritanie mythologique de Ould Bredeileil.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE