Mauritanie : les Mourabitounes, creuset de la Nation

Mauritanie : les Mourabitounes, creuset de la Nation

0

Ce n’est pas l’islam qui réunit  les mauritaniens  puisqu’il y a autant de tarikha et de dogmes que de musulmans. Ce ne sont pas non plus les langues qui fédèrent les  4  millions de poètes qui peuplent ce territoire allant des 2 Hodhs  à la Chamama  et des vallées  désolées du Fdérik  (Fort Gouraud) aux rivières riantes du Gorgol.

La politique non plus n’est pas un ciment entre mauritaniens comme le montre l’hystérie collective à propos du 3e mandat. Ce ne sont certainement pas les  idéologies, souvent meurtrières qui font que les soninkés, les berbères, les arabes, les wolofs et les harratines se connaissent mieux.

Qu’est ce qui unit donc  les mauritaniens ?

L’or de Kinross ? Apparemment,  il ne profite qu’à quelques-uns. Le fer  de la SNIM? Peut-être, mais pas plus que le poisson, le pétrole et les eaux du fleuves Sénégal, ce fer est mal exploité.

Pour bien comprendre le moteur de l’unité nationale, il fallait vivre cette mémorable 17e minute du match Mauritanie -Angola du 16 octobre 2018, qui vit le ballon expulsé par  Adama Ba, venir faire trembler les filets du malheureux gardien angolais.

En ce moment précis ,le cœur des millions de mauritaniens , de l’ouvrier écrasé par le tâcheronnat, aux dockers du port de Nouakchott , en passant par les chercheurs d’or, les marchands  ambulants, les mendiants en face de l’hôpital nationale , les QG des opposants politiques, y compris celui d’Ahmed Daddah , battait à l’unisson.

Le temps d’un instant magique, rare et précieux, toutes les mauritaniens ont fraternisé. La joie collective a gommé la stratification  séculaire. Il n’y avait plus d’esclave, il n’y a plus de maitre. Seul régnait le football, opium du peuple.

Pourvu que l’aventure se poursuive et que la génération des Bessam et autres puissent pour la première fois, hisser la Mauritanie  à la phase finale de CAN. La Mauritanie en a besoin pour renouer avec  elle-même et sortir de sa léthargie politico-religieuse.

Les dieux du football pour une première fois sortiront de leur neutralité pour favoriser les « Mourabitounes » dans un match de tous les dangers  et de tous les espoirs face à la modeste équipe du Botswana.

 

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE