Abdoul Birame Wane: “la solution de la Mauritanie c’est la partition !”

Abdoul Birame Wane: “la solution de la Mauritanie c’est la partition !”

0

Dans son livre écrit depuis son exil parisien et intitulé “Les noirs de Mauritanie, entre résistance et résignation”, Abdoul Birame Wane, le coordinateur du mouvement Touche Pas Ma Nationalité (TPMN), laisse trahir un certain pessimisme bien négro-mauritanien quant à la volonté des dirigeants du pays de jeter les bases d’une Mauritanie nouvelle sans discrimination raciale, sans esclavage et sans favoritisme.

L’homme ne mâche pas ses mots à l’endroit du pouvoir mais aussi envers les mouvements similaires comme Ira avec lequel la concurrence fut rude. Le diagnostic d’une Mauritanie officielle monocolore dans les hauts commandements de son armée, dans les postes clés de son administration, dans ses ministères, s’il est sévère, reste hélas partagé par l’écrasante majorité des négro-mauritaniens, qui se sentent de plus en plus étrangers dans leur pays. La question de la langue arabe, “aussi étrangère à la communauté noire que l’est le français”, est résumée en une expression lapidaire : “la langue du dominant”. Citant Karl Marx et son fameux “Opium du peuple”, le coordinateur de TPMN est d’avis que l’islam est utilisé comme instrument de domination et argument de résignation servi à doses continues à une population en attente du Messie.

Sur les remèdes préconisés, Abdoul Birame Wane propose la partition du “Grand Sud” et n’hésite pas à brandir l’hypothèse de la “lutte armée”. Il s’agit sans doute d’un excès d’engagement et d’un dépit amoureux de la part de celui qui a été reçu par le président Mohamed Ould Abdel Aziz et qui a vu son mouvement, TPMN, saucissonné en deux tendances rivales et ennemies sans que l’on sache laquelle est plus proche ou non du système.

Ce livre est à la fois la somme des expériences d’un mouvement qui a eu la vitesse d’un éclair avant de s’éteindre à petits feux, éclaté par des guerres de chefferies et des ambitions personnelles. L’on peut le dire aussi, ce livre sonne comme un constat d’échec, peut être momentané, de la part d’un révolutionnaire rattrapé par la sociologie complexe de la Mauritanie et des négro-africains que l’expression “nègre de service” ne permet pas de saisir. Bref, le livre d’Abdoul Birame Wane est nécessaire pour comprendre l’état d’esprit d’une partie des citoyens de ce pays créé de toute pièce au début du siècle par le colon français dans des frontières artistiquement complexes.

Lien du livre: https://www.amazon.fr/Noirs-Mauritanie-entre-R%C3%A9sistance-R%C3%A9signation/dp/2917362235

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE