Et si Boghé basculait dans l’opposition?

Et si Boghé basculait dans l’opposition?

0
Bâ Adama Moussa, la carte maîtresse de l'UPR.

A l’instar de tous les mauritaniens, les Boghéens ont voté hier pour les municipales, législatives et régionales. La bataille pour la mairie était de loin celle qui occupait les esprits. Pour la première fois, dix candidats s’affrontaient pour la fonction.

Plus de 17 mille inscrits ont passé derrière l’isoloir. A la fermeture des bureaux de vote, le taux de participation était e plus de 40% selon les observateurs. L’opposition était plutôt remuante à travers ses différentes chapelles. Chaque parti voulait se positionner en vue des
présidentielles de 2019.
Globalement, l’on note une entente globale entre les populations qui appartiennent à des partis politiques ou à des tendances différentes. Les décomptes étaient en cours au moment où se rédigeait ces lignes mais des surprises étaient à attendre. L’Union des forces progressistes (UFP) de Mohamed Maouloud, semblait confiante et misait pour une alliance avec d’autres partis de l’opposition pour la Mairie et la députation en cas d’un second tour que d’aucuns estimaient inévitable.

L’Union pour la République (UPR), parti au pouvoir, conduite par le géant BA Adama Moussa pour la Mairie misait sur une victoire au premier tour ou un ballotage favorable pour le second. Quant à l’AJD/MR d’Ibrahima Moctar Sarr, il paraissait aussi favori pour la mairie grâce à un candidat très proche de la jeunesse. Un second tour explosif pourrait opposer ce parti à l’UPR lors d’un second tour de toutes les incertitudes. En clair, l’UPR aura fort à batailler face à l’AJD-MR ou à l’UFP en cas de se second tour. Et si tel était le cas, la capitale des Halaybé pourrait basculer dans l’opposition.
L’on est évidemment loin de ce scénario. Côté députation, des surprises sont aussi possibles. Ainsi, le PUD misait gros.
Dans l’ensemble, la réalité des élections de cette année laisse à penser que la ville de Boghé est dominée par diverses rivalités et tendances. Les Généraux d’active et à la retraite n’entendent pas laisser le ministre de la Défense imposer sa tendance a sein d’un UPR qui a souffert dans le choix de ses candidats. Côté opposition, rien ne dit encore que l’UFP fera tendance avec l’AJD-MR ou que l’inverse se fera. Les différences idéologiques entre ces deux formations paraissent insurmontables aux yeux des observateurs. Et si la grande surprise au second tour serait celle d’une alliance UFP-UPR pour couper l’herbe sous le pied de l’AJMR?

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE