Patronat mauritanien et français se renforcent

Patronat mauritanien et français se renforcent

0

L’Union Nationale du Patronat Mauritanien (UNPM)  a rencontré, mardi 10 juillet  à Nouakchott, une délégation du Mouvement des entreprises de France (MEDEF)-international.

Ceci dans le cadre  du renforcement  des relations entre l’UNPM et le MEDEF. Mais également  d’échanger sur  les possibilités d’investir  dans  l’économie mauritanienne notamment  dans les domaines de l’énergie, des mines, de l’agriculture, de la pêche et de l’élevage.

Au menu des discussions, les deux parties ont montré une réelle détermination à accélérer la dynamique de coopération existant entre  la Mauritanie et la France, en créant une synergie entre les deux secteurs privés.

Les membres des deux organisations patronales  entendent  conjuguer leurs efforts  afin d’accompagner  l’économie mauritanienne  dans son processus de diversification  et  de mise à niveau des infrastructures.

A cette occasion, le ministre du pétrole, de l’énergie et des mines M. Mohamed Ould Abdel Vettah  a souligné, «  qu’il est convaincu que les rencontres entre les deux parties mauritanienne et française ne manqueront pas de conduire à tisser de nombreux partenariats variés et fructueux pour les acteurs économiques des deux pays ».

De son côté,  le président de l’UNPM, M. Mohamed Zeine Al Abidine Ould Cheikh Ahmed a indiqué que la relation entre les deux entités permettra d’exploiter l’énorme potentiel existant en Mauritanie en terme de  productivité et  de création d’emplois dans un contexte économique et social favorable .

Pour  le président du conseil des entreprises France Afrique Centrale, M. Philippe Gautier, «  cette 4e délégation  en Mauritanie témoigne  l’intérêt que portent  les entreprises françaises pour le marché mauritanien et leur engagement pour renforcer nos relations économiques ».

Les  sociétés   françaises  en Mauritanie  sont au nombre d’une soixantaine. Ces établissements   sont présents  dans  les secteurs de l’énergie,  de la construction, de la logistique, des banques  et autres services. Elles génèrent   près  de 3000 emplois directs dans le pays.

Ibrahima Junior  Dia

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE