Défections politiques à Boghé

Défections politiques à Boghé

0

Le parti fondé par Mohamed O Abdel Aziz qui est actuellement en pleine réimplantation à travers tout le pays, connait des défections de taille à Boghé. Un groupe de cadres rompus à l’exercice politique vient de rompre les amarres avec l’UPR.

BA Mohamed Taha, ancien Inspecteur Général de l’Education Nationale, ancien responsable de la sous-section du défunt PRDS à Boghé (1996-2001) serait le chef de file de ce groupe. Un cadre qui a été de toutes les conquêtes victorieuses du parti au pouvoir à cette époque-là.

On peut citer également parmi ce groupe, M. N’GAÏDE Hamath Moussa, ancien directeur du banc d’Arguin et du projet Lac d’Aleg, M. LAM Thièrno professeur à la retraite, Mountagha Oumar, DIA Hamath alias DH, Alhousseynou Oumar en plus d’un ancien Commandant de la Gendarmerie Nationale, de LAM Mamadou Amadou alias Kaw LAM, ancien DGA de la SOMELEC et de plusieurs autres fortes personnalités politiques locales qui vont se révéler sans tarder.

Nous avons été négligés par le Ministre de la Défense Nationale, nous a laissé entendre M. Hamath Moussa, l’un des animateurs de ce groupe qui avait accepté l’offre qui lui avait été faite par M.Diallo Mamadou BATHIA, en 2014.

Ces anciens hauts cadres avaient servi loyalement et avec succès la république.Hamath Moussa avait osé, seul après Wane Sada Mamadou rejoindre le défunt PRDS de Ould Taya. Nous l’avons accompagné depuis 2014, au vu et au su de tout le monde mais dommage qu’il ne nous a pas collé de l’importance, il nous a négligés, a affirmé l’agronome à la retraite.

Ces grosses pointures, de vieux routiers de la scène politique locale, vont sillonner tous les villages pour faire la promotion de leur nouvelle formation politique, l’UDP de Naha Mint Mouknass. Ils vont descendre sur l’arène politique lors des futures échéances électorales. Une nouvelle qui tombe au mauvais moment pour l’ancien Kadihine, M. DIALLO Mamadou Bathia.

Le débat politique va s’enrichir aux prochaines élections avec ces nouveaux cadres qui détiennent non seulement une matière grise mais un savoir-faire politique avéré.

Terroir Journal

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE