La dauphine de la République

La dauphine de la République

0
On parle de tout sauf d’une  succession d’une femme à Mohamed Ould Abdel
Aziz à la présidence.  Et pourtant, elles sont présidentiables.
Après l’annonce du Président Aziz de ne pas briguer un troisième mandat,
certains regards sont portés beaucoup plus vers ces grandes figures
politiques ou militaires supposées avoir la bénédiction totale du Raïs.
Des noms reviennent. Le Général de division Ghazwani, le maire de
Zoueratt, Ould Baya ou encore Yahya Ould Haddemine l’actuel Premier
Ministre, font partie des favoris selon les pronostics de la Vox populli.
Loin de l’opinion dominante, certains observateurs scrutent le dossier
de celle qui fût la première et seule femme arabe à occuper le poste de
Ministre des affaires étrangères.
Fille de son père, Hamdy Ould Moukhnass, figure emblématique qui a
historiquement donné à la diplomatie Mauritanienne son vrai cachet, Naha
s’est largement fait un prénom. Alliée stratégique du parti au pouvoir,
cette guerrière a su tisser de bonnes relations avec les populations du
Sud, celles du Nord où elle est originaire, et avec celles de l’Est avec
lesquelles, elle entretient des relations amicales.
Il est temps que l’échiquier politique Mauritanien change. Il est temps qu’il change pour
que de nouvelles figures féminines entrent dans le jeu. Peut être là où
tous ces dirigeants Mauritaniens n’ont pas réussi à unir le pays autour
de ses vraies valeurs multiculturelles, une femme y parviendra.
Peut être là où ces dirigeants n’ont pas pu développer une vraie
diplomatie économique avec les pays voisins, une femme le réussira.
L’essentiel pour nous et pour vous est que la Mauritanie se détache du
démon qui le tire jusqu’ici vers le bas.
Ce démon qui cherche à lui substituer son histoire. Ce démon qui crée chaque jour de la haine entre ses pauvres enfants qui naturellement partagent ce grand territoire. La
Mauritanie doit se construire par ses hommes et femmes.
La Mauritanie est au pluriel et elle le restera.
Par Dia El Hadj Ibrahima

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE