Mauritanie : la Banque Mondiale table sur une croissance de 5,2% d’ici...

Mauritanie : la Banque Mondiale table sur une croissance de 5,2% d’ici 2020

0

La banque mondiale (BM) a annoncé que la croissance économique  de la Mauritanie, s’établira progressivement  à 5,2 % à l’horizon 2020.

Cette révélation a été  faite, mercredi, 21 février à Nouakchott, par une mission de la BM, lors d’une conférence de presse,  dans le cadre de la  présentation du rapport sur la situation économique du pays (bilan 2016/2017 et  perspectives de 2020).

Ainsi,  les experts de l’institution  ont  informé que le regain de l’activité économique sur cette période sera principalement due à l’augmentation des prix des métaux sur le marché mondial , aux  réformes de la gestion des investissements publics et  au financement de la stratégie nationale de croissance rapide et de prospérité partagée(SCAPP).

Faisant le point sur  l’économie (2016/2017), M. Wael Mansour expert responsable des affaires économiques de la Mauritanie au sein de l’institution, a souligné que les performances économiques  ont été relativement bonnes  .Le pays a enregistré une augmentation de la croissance, passant de 3,5 % en 2017  contre  2%  l’année précédente.

En outre, le responsable  a magnifié la bonne politique financière adoptée par les autorités, en période de vaches maigres  (2014, 2015)  où le pays a  souffert  de la chute drastique  des prix des matières premières notamment le fer qui représente  environ 1/3 du budget national.

« Cette politique a porté ses fruits  en  2016 et 2017 puisque  la Mauritanie a pu réaliser un excédent budgétaire de 1,2% du PIB », a-t-il remarqué

Et d’ajouter  que, «  cela  a conduit à un recul du taux d’endettement général pour la première fois depuis plusieurs années ».

Rappelons que la Mauritanie s’est lancée dans un processus de diversification de son économie  pour  contre carrer  les effets pervers du marché des matières premières  notamment  des produits miniers.

Ibrahima Junior Dia 

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE