Mauritanie /Sénégal : une relation en eaux troubles

Mauritanie /Sénégal : une relation en eaux troubles

0

La Mauritanie et le Sénégal  sont  intimement liés par le destin d’un fleuve et d’une mer, qui s’agite très souvent  avec l’affrontement récurrent  entre pêcheurs sénégalais et garde-côtes mauritaniens.

Le dernier en date, la mort du mareyeur sénégalais, abattu par un  garde -côtes mauritanien dans les eaux territoriales du pays.

Un acte qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive. Et du coup a soulevé la problématique  de délimitation de la frontière maritime entre les deux pays.

Une situation qui préoccupe   à plus d’un titre  la Mauritanie et le Sénégal, qui devront impérativement  accorder leurs  violons pour  éviter  la malédiction de la découverte pétro-gazière, estimée à plus de  450 milliards de mettre cube dans cette zone.

Dans ce sens, les autorités des deux pays ont convenu de mettre en place un accord intergouvernemental  dans  le cadre d’une gestion collégiale des ressources.

Ainsi, les deux parties ont montré  une réelle détermination à aller de l’avant pour  concrétiser  ce consensus,  qui permettra  aux  deux pays d’exploiter rationnellement et sans  conflit les ressources pétro gazière dans cette zone.

L’accord de pêche Mauritano -Sénégalais, l’autre couteau au tranchant

Le non-renouvellement de l’accord de pêche  ainsi que la mise en place d’une nouvelle législation dans ce secteur par la Mauritanie,  ont sans doute  donné un coup de froid à la relation mauritano-sénégalaise.

Une tension qui se manifeste très souvent   par des affrontements entre  garde-côtes  mauritaniens  et pêcheurs sénégalais, qui avaient  l’habitude de travailler  en  parfaite collaboration avec  les mareyeurs mauritaniens.

Pour bon nombre d’observateurs, la visite du président sénégalais, Macky Sall, ce jeudi 08 février, permettra de redéfinir les bases d’une nouvelle coopération notamment en ce qui concerne  la pêche,  le pétrole  et le gaz, l’élevage  et le commerce transfrontalier.

Ibrahima Junior Dia 

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE