Mauritanie /Sénégal : les autorités jouent la carte de l’apaisement

Mauritanie /Sénégal : les autorités jouent la carte de l’apaisement

0

Après  l’envoi d’un émissaire à Dakar  par  la Mauritanie, c’est  autour du président sénégalais, Macky sall de se rendre  à Nouakchott  pour faire le point sur certains dossiers.

Ainsi, si l’on  se fie à des sources officielles, l’homme fort de Dakar est  attendu dans la capitale mauritanienne, ce jeudi 8 février.

Au menu des échanges  il y aura fondamentalement  le dossier  de  la pêche avec notamment  les affrontements récurrents entre pêcheurs sénégalais et garde-côtes mauritaniens.Une situation qui a  occasionné  récemment, la mort d’un pêcheur  et  l’arrestation de 7 autres mareyeurs sénégalais.

D’autres sujets seront également abordés, la question pétro-gazière, la transhumance  des bétails  et la libre circulation des biens et services, a annoncé, Macky Sall lors de son allocution consacré à l’assassinat du pêcheur sénégalais.

De l’avis de certains observateurs, les deux parties  doivent  impérativement prendre le taureau par les cornes avant que le pire n’arrive.

Depuis, la fin du protocole d’accord de pêche Mauritanie/Sénégal  2015 (délivrance de 400 licences de pêches aux pêcheurs sénégalais)  et  la réactualisation de la loi, interdisant aux pêcheurs étrangers d’opérer  dans les eaux mauritaniennes,  des affrontements  sont souvent constatés  entre les garde-côtes mauritaniens et les mareyeurs sénégalais.

Et pourtant, le ministre sénégalais de tutelle, Oumar Gueye  a plusieurs fois recadré  les pêcheurs sénégalais, en leur signifiant que le protocole d’accord est arrivé  à son terme et qu’ils ne peuvent plus pêcher dans les eaux mauritaniennes. Mais cela est tombé dans l’oreille d’un sourd.

Maintenant que la situation est là,  il faut impérativement trouver un consensus, qui permettra  de mettre  fin définitivement à ce feuilleton qui n’a fait  que  trop longtemps duré.

Comme disait  l’autre  la mer  et le fleuve ne sont  pas des facteurs de division mais plutôt  des traits d’union.

Dans ce sens, les deux pays devraient méditer  sur cette approche pour consolider  leur relation.

Ibrahima Junior Dia

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE