La 30ème session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de...

La 30ème session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’UA entame la mise en œuvre de certaines dispositions de la nouvel…

0

Addis-Abeba, 29/01/2018 – La 30ème session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Africaine qui s’est tenue à Addis-Abeba (Ethiopie), en présence du Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz et de ses pairs du Continent, a insisté sur l'importance de la poursuite de la mise en œuvre des réformes structurelles proposées ces dernières années en conclusion du travail du comité de réforme institutionnelle dirigé par le président rwandais Paul Kagamé et nouveau président en exercice de l’UA.
Une des réformes les plus importantes résultant de ces propositions dont la mise en œuvre a commencé est l'élection du président de l’Union pour l'année prochaine (2019) permettant à l'Organisation de disposer d’un important mécanisme dans les consultations et de la prise de certaines décisions à l’image du système de la troïka de l’Union européenne.
Il a été également procédé à la mise en œuvre pour une grande part de la recommandation relative à l'affinement des ordres du jour des organes de l'UA afin d'approfondir l'étude et de se concentrer sur les rapports les plus pertinents liés aux thèmes du Sommet.
Au cours de cette 30ème session, la Commission de l'Union africaine a annoncé sa disposition à entreprendre les mesures visant à préparer la prochaine 31ème session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’UA à Nouakchott, fin juin et début juillet 2018.
La 30ème session a également souligné l'importance de continuer à adhérer aux nouveaux accords issus des réformes institutionnelles tels que l'Accord de Transport Aérien, le Marché Commun et d'accélérer la mise en œuvre des décisions de la réforme financière de l'Organisation, en renforçant le rôle des organisations économiques régionales africaines telles que la CEDEAO, l'IGAD, la SADC et l'Union du Maghreb Arabe afin de leur donner des rôles plus importants dans la prise de décision au sein de l'Union.
La Conférence a exprimé son soutien au G5 – Sahel et à la Force commune qu’il est en train de mettre en place, recommandant le renforcement des partenariats stratégiques entre l'Afrique et tous ses partenaires, y compris les Nations Unies, pour promouvoir les efforts de développement et pour rétablir la paix et la sécurité sur le continent.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE