Mauritanie : anapej, l’organe qui n’a pas pu  radié le chômage

Mauritanie : anapej, l’organe qui n’a pas pu  radié le chômage

0
Censé diminuer, voire éradiquer définitivement le chômage en Mauritanie,l’Agence Nationale de Promotion de l’Emploi des Jeunes (ANAPEJ)  enregistre un bilan mitigé.
 L’ANAPEJ est une institution publique, fondée en 2005, jouissant d’une autonomie financière  et qui a pour mission de promouvoir l’emploi des jeunes en Mauritanie en collaboration avec des entreprises.
Elle constitue  cependant un gros challenge, dans un pays marqué par la rareté de l’emploi et la faiblesse d’une formation qualifiante.
Pour accomplir sa mission, l’ANAPEJ a monté plusieurs programmes.
En premier  lieu , elle a créé des Maisons de Services  composées de  petite  et moyenne entreprise regroupant dix membres, sélectionnés sur la base de combinaisons entre sept diplômés sortant de l’enseignement professionnel et trois de l’enseignement général, associés autour d’un projet viable, dans un secteur d’activité donné, choisi en fonction des besoins spécifiques.
En deux, elle a mis en place  le programme « Professionnels pour Chaque Cité » (PCC)  qui  s’adresse aux sortants des enseignements professionnels, regroupés en micro-entreprises, selon leur domaine de compétences et les besoins des localités-cibles concernés. Des  opportunités d’insertion  qui répondent aux besoins des localités en termes de maintenance, d’entretien et de réparations…
Et en trois, l’agence a créé un  programme innovant, dénommé Khoutwa qui vise au développement des compétences, par l’immersion en entreprise et l’accompagnement, au profit des demandeurs d’emploi, pour multiplier leurs chances d’accès à l’emploi.
En dépit de toutes ces actions entreprises en collaborations avec plusieurs partenaires, l’anapej n’a pas su couper le cordon ombilical du ‘’chômage’’ pour enfin stopper son règne dans le pays.
Chaque jour, devant la place ( ANAPEJ), on aperçoit des groupes de jeunes,  des diplômés-chômeurs, des non-diplômés mais tout aussi chômeurs, des handicapés physiques ; en somme des personnes cible de l’agence.  Ils attendent dans l’espoir de trouver un emploi, de voir le directeur qui ne cesse de recevoir des dossiers,  mis après dans les oubliettes. Une situation sans suite  qui encourage la fuite des cerveaux.
Diary N’diaye

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE