Maroc: Le roi Mohamed VI exprime sa préoccupation au président des États-Unis

Maroc: Le roi Mohamed VI exprime sa préoccupation au président des États-Unis

0

« L’actuelle décision peut nuire aux perspectives de paix dans le conflit palestino-israélien », a estimé Mohammed VI.

Le roi du Maroc Mohammed VI, en tant que président du Comité d’Al-Qods, a adressé un message au président des États-Unis, M. Donald Trump, exprimant sa « profonde préoccupation ainsi que l’inquiétude des habitants des États arabes et musulmans » suite à la décision du président Trump de « reconnaître Al-Qods comme capitale d’Israël et d’y transférer l’ambassade des États-Unis ».

Al Qods est le nom arabe de la ville de Jérusalem et le Comité d’Al-Qods panarabe, créé par l’Organisation de la coopération islamique (OCI), vise à protéger le caractère arabo-musulman de la ville, qui est sacrée pour les musulmans, les juifs et les chrétiens.

« En ma qualité de président du Comité d’Al-Qods de l’Organisation de la coopération islamique, qui compte 57 États représentant plus d’un milliard de citoyens, j’ai le plaisir de m’adresser à vous », a déclaré le roi Mohammed VI, avertissant que toute initiative soudaine des États-Unis pourrait mettre en péril le processus de paix au Moyen-Orient.

« Depuis votre investiture, a écrit le roi Mohammed VI à M. Trump, vous avez fait preuve d’une forte volonté et d’une ferme détermination de relancer le processus de paix entre les parties palestinienne et israélienne et entrepris des avancées prometteuses dans ce sens, avec le soutien continu de la communauté internationale, y compris celui du Royaume du Maroc. Toutefois, l’actuelle décision peut nuire aux perspectives de paix dans le conflit palestino-israélien. »

« Le Proche Orient vit au rythme de crises profondes qu’il convient d’éviter, ainsi que tout ce qui est de nature à exacerber les sentiments de frustration et de déception qui font le lit de l’extrémisme et du terrorisme. »

Dans son message, le roi Mohamed VI rappelle l’importance de la ville de Jérusalem pour les trois religions, soulignant que « de par ses spécificités religieuses uniques, la ville d’Al-Qods doit demeurer une terre de cohabitation et un symbole de coexistence et de tolérance pour tous. »

Pour conclure, il souligne qu’il ne doute pas de « la perspicacité de la vision de l’administration » de M. Trump, ni « de son engagement envers la paix et la stabilité dans la région », ni de « sa ferme détermination à faciliter la relance du processus de paix et à éviter tout ce qui peut l’entraver, voire l’arrêter ».

AFP

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE