Trump va reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, assurent des sources de l’Administration...

Trump va reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, assurent des sources de l’Administration US

0

Le statut futur de la ville doit faire l'objet de négociations, dit l'envoyé de l'ONU.

Donald Trump reconnaîtra ce mercredi Jérusalem comme capitale d'Israël et lancera le processus de déménagement de l'ambassade des Etats-Unis dans le pays de Tel-Aviv vers la ville, le président américain passant ainsi outre les mises en garde du monde entier et bouleversant la ligne observée depuis des décennies par ses prédécesseurs.

Dans un discours qu'il devrait prononcer vers 18h00 GMT, l'actuel occupant de la Maison blanche annoncera avoir ordonné au département d'Etat de commencer à mettre en œuvre le transfert de l'ambassade américaine à Jérusalem, ont dit de hauts responsables de l'administration Trump.

"Le président considère qu'il ne fait que reconnaître la réalité", a dit un des responsables qui ont présenté la future annonce aux journalistes. "Nous prenons cette décision sur la base d'une vérité qui est indéniable. C'est un fait", a-t-il ajouté.

(Lire aussi : Trump, fossoyeur de la politique historique des États-Unis sur Jérusalem ?)

Donald Trump n'a pas fixé de calendrier pour ce processus, qui pourrait durer entre trois et quatre ans.

Pour l'heure, le président américain devrait signer un texte, valable six mois, maintenant provisoirement à Tel Aviv l'ambassade américaine, faute de bâtiment disponible pour l'accueillir à Jérusalem.

Israël a conquis Jérusalem-Est, partie arabe de la ville, lors de la guerre des Six-Jours en 1967 et l'a ensuite annexée, proclamant la ville réunifiée sa capitale. Les Palestiniens, eux, veulent faire de Jérusalem-Est la capitale de leur futur Etat.

La communauté internationale ne reconnaît pas la souveraineté d'Israël sur la totalité de la ville, qui abrite des lieux saints pour à la fois les religions juive, chrétienne et musulmane.

Même si Donald Trump dira également qu'il est prêt à soutenir une solution à deux Etats dans le cadre du conflit israélo-palestinien, sa décision sur Jérusalem devrait provoquer l'ire du monde arabe.

(Pour mémoire : Ambassade américaine: Israël espère que Trump va mettre fin à une "situation absurde")

Mises en garde à répétition

Les responsables de l'administration ont tenu à souligner que cette décision, qui était une promesse de campagne de Donald Trump, ne préjugeait pas des éventuelles négociations sur le statut définitif de Jérusalem.

Mercredi, l'envoyé spécial de l'ONU au Proche-Orient, Nickolay Mladenov, a déclaré que le statut futur de Jérusalem devait faire l'objet de négociations. "L'avenir de Jérusalem est quelque chose qui doit être négocié avec Israël et les Palestiniens assis côte à côte dans des négociations directes", a dit M. Mladenov lors d'une conférence à Jérusalem.

"Nous observons avec préoccupation les informations que nous avons entendues", a réagi pour sa part le chef de la diplomatie britannique, Boris Johnson, en arrivant à une réunion de l'Otan. "Nous pensons que Jérusalem devrait, évidemment, faire partie d'une solution définitive (au conflit) entre Israéliens et Palestiniens, une solution négociée", a-t-il insisté.

Le projet du président Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël est "dangereux", a affirmé pour sa part le ministère syrien des Affaires étrangères.

"La Syrie condamne dans les termes les plus forts la volonté du président américain de reconnaître (…) Jérusalem comme capitale de l'occupation israélienne", a ajoute une source au ministère citée par l'agence officielle Sana.

La Chine s'est, elle, inquiétée d'une "escalade" au Proche-Orient. "Nous sommes inquiets d'une possible escalade des tensions", a indiqué Geng Shuang, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères. "Toutes les parties concernées doivent avoir à l'esprit la paix et la stabilité régionales, être prudentes dans leurs actions et leurs déclarations, éviter de saper les bases d'une résolution de la question palestinienne et s'abstenir d'engendrer une nouvelle confrontation dans la région", a-t-il indiqué lors d'un point de presse.

Le Premier ministre irakien, Haïdar al Abadi a déclaré mardi que son gouvernement était opposé au transfert de l'ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem.

L'Arabie saoudite a dit espérer que les Etats-Unis ne reconnaîtront pas Jérusalem comme capitale d'Israël et a prévenu des graves conséquences qu'aurait une telle décision.

"Cette reconnaissance aurait de très graves conséquences et constituerait une provocation pour tous les musulmans", a-t-on déclaré au ministère saoudien des Affaires étrangères, rapporte l'agence de presse SPA.

"Le royaume (saoudien) espère qu'une telle décision ne sera pas prise", ajoute SPA en rappelant la rôle de Washington au Proche-Orient et la nécessité de trouver une "solution juste" pour les Palestiniens.

Le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheït, a également appelé mardi les Etats-Unis à ne pas prendre de mesures qui modifieraient les statuts politique et juridique de Jérusalem, rapporte l'agence de presse égyptienne Mena. Il a parlé d'une "mesure dangereuse qui aurait des répercussions" dans toute la région.

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, n'a pas exclu une rupture des relations diplomatiques avec Israël si les Etats-Unis reconnaissent jérusalem comme capitale de l'Etat hébreu. Le dirigeant turc a souligné qu'aux yeux des musulmans une telle reconnaissance officielle était une ligne à ne pas franchir.

L'Union européenne s'est jointe au concert de reproches adressés à Washington. Par la voix de la porte-parole de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, les 28 jugent qu'il convient "d'éviter absolument (…) toute action qui nuirait" aux efforts de paix.

Lundi, le président français, Emmanuel Macron, a téléphoné à Donald Trump pour exprimer la préoccupation de la France.

OLJ/Agences

Lire aussi

Reconnaissance US de Jérusalem en tant que capitale d'Israël : Voici pourquoi ce scénario est lourd de conséquences

Des ex-ambassadeurs israéliens appellent Trump à ne pas reconnaître unilatéralement Jérusalem capitale d'Israël

Source : L’Orient le jour (Liban)

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Mis à jour le mercredi 6 décembre 2017 09:24

Original Article

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE