Mauritanie : les autorités monétaires à l’école de Milton...

Mauritanie : les autorités monétaires à l’école de Milton Friedman

0

La Banque Centrale Mauritanienne (BCM) est  bien déterminée à appliquer  la théorie monétariste  de Milton Friedman, qui préconise une régulation constante  de la quantité de monnaie en circulation dans un pays, pour éviter les phénomènes de l’inflation et de récession.

En effet,  lors d’un point de presse, tenu, mardi 05 décembre, le gouverneur  de la BCM, M. Abdel Aziz Ould Dahi a montré la volonté de son institution à réduire ,  dès le 1er janvier 2018 , le volume de circulation de la masse monétaire (MM), constitué de la monnaie (billets et pièces ) et de la quasi-monnaie (actifs  qui sont des substituts proches de la monnaie , dépôts à terme , dépôts d’épargne , bons du trésor..).

Si l’on se fie aux  statistiques avancées par le gouverneur,  la masse monétaire a enregistré une hausse de 97,7% sur la période allant de 2010 à 2017 (307,5 milliards d’ouguiyas en 2010 contre  608,1 UM  en 2017).

D’ailleurs, cette tendance haussière de la MM a été confirmée par  le dernier rapport de la BCM, qui a indiqué qu’elle a augmenté de 12 milliards d’ouguiyas en 2014 comparé à 2015.

Une situation qui risque d’avoir des effets pervers sur le système monétaire et du coup sur l’économie du pays, a-t-il laissé entendre.

Par ailleurs, Abdel Aziz Ould Dahi,  a indiqué que  «  les réserves de change ont atteint en novembre 2017 quelque 850 millions $ environ, soit plus de 5 mois d’importation et à la fin de 2017, 1 Milliard $ (projection), grâce à la résistance de la monnaie nationale à la crise internationale (faible dépréciation par rapport aux pays similaires) ».

Rappelons que la masse monétaire est une mesure de la quantité de monnaie dans un pays ou une zone économique. Elle est suivie par les banques centrales et publiée, offrant aux acteurs économiques une précieuse indication sur la possible évolution des prix selon la théorie quantitative de la monnaie.

Ibrahima Junior Dia

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE