CNN : cafouillage et hésitation dans le piège sahélien…

CNN : cafouillage et hésitation dans le piège sahélien…

4
0
PARTAGER

Selon la télévision américaine, CNN, la stratégie américaine pour la protection des soldats engagés sur le continent africain serait en train d’être révisée, après l’embuscade dans laquelle sont tombés des soldats américains au Niger et qui avait coûté la vie à quatre d’entre eux, en plus de deux blessés.
La télévision, citant des responsables militaires américains, a annoncé l’ouverture d’une enquête pour déterminer s’il y avait eu d’éventuels manquements.
Seulement CNN, lors de son enquête, s’est plus intéressée à la quatrième victime, dont le cadavre avait été découvert 48 heures après l’attaque, dans une zone à proximité du lieu de l’embuscade, qui serait l’œuvre de l’état islamique, en l’absence à ce jour d’une revendication.
Le silence de Trump
Selon la télévision, le corps du soldat américain, David Johnson, 25 ans, avait été découvert deux jours après l’attaque, soit le 7 octobre, ajoutant que le président américain, Donald Trump, jouait au golfe au moment de l’attaque.
Sa dépouille avait été acheminée par avion à la base aérienne de Dhofar, et CNN s’interroge à propos de l’éventuelle présence du président américain à la cérémonie de remise des corps des soldats tués, comme l’avait fait son prédécesseur à la maison blanche.
CNN a joute que depuis l’embuscade du 4 octobre au Niger, le président Trump n’a fait aucune déclaration à propos de cette attaque la plus meurtrière contre des soldats américains depuis son arrivée à la maison blanche.
L secrétaire à la communication de la maison blanche, Sarah Sandres, dans une déclaration faite au lendemain de l’attaque, avait dit qu’ils « pensaient et priaient pour les familles et les amis des victimes qui ont consenti le plus grand sacrifice pour défendre notre liberté ».
CNN :  cafouillage et hésitation dans le piège sahélien… Cafouillage et hésitation
La télévision américaine à très grande audience ajoute que le Pentagone (le ministère américain de la défense), n’a pas publié de rapport détaillé sur cette embuscade se limitant à dire qu’elle avait été menée par 50 combattants de l’état islamique et qu’une attaque était en cours.
La télévision, qui affirme avoir interrogé des dizaines de responsables américains, rapporte un cafouillage et une hésitation qui ont amené les soldats américains à attendre une heure avant de recevoir un appui dans cette zone éloignée dans le sud est du Niger.
Elle s’étonne jusqu’à présent que les responsables américains soient encore incapables d’expliquer la présence, loin du lieu de l’embuscade du corps du quatrième soldat, 48 heures après l’attaque.
Dans leurs déclarations à la télévision, les responsables américains ont annoncé que les soldats étaient au nombre de 12 et qu’ils venaient de finir une réunion avec des responsables locaux quand ils avaient été attaqués au moment de monter dans leur véhicule qui n’était pas blindé.
Ils ajoutent que l’attaque a duré au total 30 minutes avant qu’intervienne un avion « Mirage » français pour tenter de disperser les assaillants.
Manquements ou négligence
Les responsables américains, interrogés par la télévision, ont révélé que les assaillants étaient très bien armés et qu’ils avaient à leur disposition des missiles et des armes lourdes, alors que les soldats américains n’avaient que des armes individuelles légères et un véhicule non blindé.
Selon toujours ces responsables, les conditions dans lesquelles se sont déplacés les militaires américains, ne présageaient pas de risques, une information démentie par deux responsables, citant des sources locales.
La télévision a critiqué le laxisme qui ne tenait pas compte d’une éventuelle attaque mais aussi le retard dans l’arrivée des renforts, près d’une heure, selon CNN.
Le secrétaire d’état américain à la défense a réfuté l’information faisant état du retard de l’intervention des renforts, révélant cependant l’ouverture d’une enquête qui déterminera, selon lui, « s’il y a lieu de prévoir de nouvelles dispositions. »
Patrouille 29
Cette embuscade ayant révélé la présence de soldats américains dans cette région du Sahel, la télévision elle va au-delà de ce fait, citant un général américain qui avait annoncé que cette unité avait déjà effectué 29 patrouilles dans la région sans accrocs au cours des 6 derniers mois.
Ces données révèlent que les soldats américains dans cette zone étaient au repos avec les soldats nigériens et en coordination avec les soldats français, mais l’attaque du 4 octobre a brouillé les cartes, ce que confirment des responsables américains qui se posent des questions à propos de ce qui s’était passé à la frontière nigéro-malienne.
Les responsables américains qui ont eu accès au rapport parlent d’un véritable cafouillage lors de cette attaque surprise, pendant laquelle les soldats américains étaient dans une situation précaire, certains venaient d’achever une réunion et les autres assurant la sécurité des véhicules à bord desquels ils étaient arrivés.
La question qui taraude les esprits est celle relative au lieu où avait été découvert le cadavre du quatrième soldat, et seulement 48 heures après l’attaque et non loin du lieu de l’accrochage.
Les enquêteurs américains qui se sont exprimés à la télévision, ne s’expliquent toujours pas pourquoi le 4ème soldat avait été abandonné seul au moment de l’opération de sauvetage effectuée par l’armée française et si, à ce moment précis, il était encore en vie.
Original Article

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE