Archives: il y a 8 ans, le premier éditorial de LesMauritanies

Archives: il y a 8 ans, le premier éditorial de LesMauritanies

0

FullSizeRender (5)Il y a huit ans, votre magazine préféré voyait le jour sous une appellation kiosque de “Mauritanies1”.  Dans son premier éditorial,qui intervenait 120 jours après la l’élection du président Mohamed Abdel Aziz, le directeur du nouveau journal,  Dia El Haj Ibrahima, définissait le concept du nouveau canard. Voici l’édito en entier.


C’est la Mauritanie Plurielle, jeune et prometteuse que vous retrouverez tous les mois dans ce magazine. Nous l’avons appelé «Mauritanies1» pour provoquer le présent et rêver de l’avenir. Le «S» comme diversité. Le «1» comme objectif national. Quitter nos micro-identités pour fondre dans l’identité mauritanienne. Voilà le propos de «Mauritanies1».

C’est la Mauritanie de tous les mauritaniens, sans distinction de race ou d’ethnie. Celle qui se forge au gré des projets humains.Celle qui s’enrichit des débats contradictoires et s’inspire de la tolérance. Celle qui rejette les extrémismes et affirme ses variétés sans complexe.Celle qui se façonne tous les jours grâce au génie de ses entrepreneurs, de ses intellectuels et de sa masse laborieuse. C’est la Mauritanie de Mokhtar Ould Daddah.

 C’est parce que nous croyons que ce trait d’union entre le Maghreb et l’Afrique noire défendu par le père de l’indépendance est possible que nous avons fondé ce journal avec les moyens du bord. Notre propos c’est de couvrir l’actualité nationale en général et économique en particulier, en contribuant  modestement aux rencontres entre Mauritaniens. Ceux du Nord comme ceux du Sud, de l’intérieur comme de l’extérieur.

Car tous, quelque soit leurs convictions politiques, sont d’accord sur un point : la nécessité de créer une économie dynamique et de sortir du cercle du sous développement. Voilà pourtant 49 ans que nous courrons derrière ces objectifs. Au moment où Mohamed Abdelaziz fête ses 120 jours au pouvoir, des espoirs sont permis. En accélérant le retour des réfugiés mauritaniens au Sénégal et au Mali, en engageant une lutte contre les détournements des deniers publics, en décrétant la réduction du train de vie de l’Etat, le nouveau président déclenche des dynamiques de retrouvailles et de mobilisations mauritano- mauritaniennes.
Sous un ciel encore interdit à l’espoir il y a quelques années, de nouveaux horizons s’entrouvrent. Certes il est assez tôt pour crier au miracle. Cependant, il n’est pas trop tard pour céder à l’optimisme. Et, même si une seule hirondelle ne fait pas le printemps, nous sommes foncièrement optimistes dans le traitement de l’actualité.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE