Appels tous azimuts au boycott des multinationales françaises au Sénégal et en...

Appels tous azimuts au boycott des multinationales françaises au Sénégal et en Afrique

0
PARTAGER

C’est la France et son jeune Président qui devront faire vite s’ils ne veulent voir leurs intérêts en Afrique et au Sénégal, mourir.

En effet, depuis quelque temps, les appels invitant la jeunesse africaine à boycotter les produits français, ne cessent plus.

À l’origine de ces invites, le très populaire rappeur et membre du mouvement Y en a marre, Thiat, l’activiste très respecté de la jeunesse africaine, Kémi Séba, mais aussi, depuis hier, le leader du Pastef-Les Patriotes, Ousmane Sonko.

Dans le cadre de leur lutte contre le Franc Cfa, les organisations panafricanistes n’écartent plus rien. En effet, tel un combat où tous les coups sont permis, les détracteurs de la «monnaie coloniale» enchaînent les initiatives de lutte, les unes plus acerbes que les autres. Et la dernière forme de lutte semble le boycott des produits et intérêts de la France, qu’ils accusent de faire main basse sur les économies de nos pays. Pour eux, c’est la seule manière de faire entendre raison à l’ancienne puissance coloniale, qu’ils accusent d’être à l’origine du maintien du Franc Cfa.
Thiat ouvre le bal

C’est lors de la mobilisation internationale contre le Franc Cfa du 16 septembre dernier que la dynamique a été lancée, à la place de l’Obélisque à Dakar. En effet, c’est lors de sa prise de parole à l’occasion de cette manifestation, que le rappeur Thiat, du mouvement Y en a marre, a appelé les Sénégalais à boycotter les produits de toutes les multinationales françaises présentes sur le sol sénégalais.
«Nous ne sommes plus dans une logique de dénonciation, nous devons poser des actes, parce que les gens que nous avons en face, ne nous respectent pas. C’est pourquoi, je lance un appel à vous ici présents, à dire à vos proches et à vos amis, de boycotter tous les produits de toutes les multinationales françaises présentes au Sénégal. Il faut leur dire de ne plus acheter le carburant chez Shell, Elf ou Total. Il faut leur dire de ne plus acheter dans les magasins Auchan, Leader Price ou Citydia. Il faut les inciter à acheter chez les Sénégalais. Laissons-leur leurs produits», avait alors martelé le virulent activiste, estimant que «si l’État du Sénégal croyait dissuader notre engagement en expulsant le camarade Kémi Séba, c’est qu’il n’a rien compris».
Kémi Séba s’y met

Dans un post publié, avant-hier, sur sa page Facebook officiel, l’activiste panafricaniste Kémi Séba a invité près de 400.000 personnes qui le suivent sur ce réseau social, dans le cadre de «la révolution anti Cfa», à boycotter des produits français en Afrique, le 28 octobre prochain. En effet, pour l’auteur de «Supra Négritude», puisque les élites politiques françaises et africaines continuent de faire la sourde oreille, la jeunesse africaine va hausser le ton. Ainsi, note Kémi Séba, «l’Ong Urgences Panafricanistes appelle à une journée internationale de boycott des produits français dans toutes les capitales africaines. Toutes les forces militantes stationneront ce jour là (peut-être pour longtemps…) devant les entreprises françaises et expliqueront à la population pourquoi il faut les boycotter et où désormais il faudra consommer», a déclaré Kémi Séba.
Ousmane Sonko fait fort

À Guédiawaye, avant-hier, pour rencontrer des militants de son parti, le leader du parti Pastef-Les Patriotes a dénoncé, à sa manière, le manque de patriotisme et la non-préférence nationale de bon nombre de Sénégalais, notamment des élus et autres fonctionnaires de l’État. En effet, le député Ousmane Sonko a révélé qu’en tant que député, il a refusé de s’approvisionner chez Total ou Shell, comme le lui ont proposé les services de l’Assemblée nationale du Sénégal.
«À l’Assemblée, l’autre jour, ils m’ont appris que j’avais droit à 350 litres en carburant. Il m’a été dit que j’avais droit à une carte de Shell ou de Total. J’ai répondu que je ne voulais pas de ces cartes. Je leur ai demandé s’il existait des cartes pareilles, mais de chez Elton ou de Touba Oil… Ils m’ont répondu que non. Je leur ai alors déclaré que je voudrais que vous me donniez une dotation d’un entrepreneur sénégalais. Pourquoi vous enrichissez les autres ainsi ? Ils font des bénéfices à coups de milliards qui sortent du pays. Or, je reste convaincu que si l’on soutient nos entrepreneurs nationaux, ils investiraient leurs bénéfices ici (Ndlr le Sénégal)», a raconté l’auteur de «Pétrole et gaz du Sénégal : chronique d’une spoliation», qui explique : «finalement, ils m’ont répondu qu’ils avaient trouvé un accord et qu’ils allaient me remettre des tickets de chez Elton».
Sidy Djimby NDAO jotay

Source : Ndarinfo

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Mis à jour le mercredi 11 octobre 2017 10:06

Original Article

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE