Le Sénégal interdit une conférence de presse de IRA-Mauritanie

Le Sénégal interdit une conférence de presse de IRA-Mauritanie

22
0
PARTAGER

ALAKHBAR (Nouakchott) – Les autorités sénégalaises ont interdit la tenue ce samedi à Dakar d’une conférence de presse de la Résurgence du Mouvement Abolitionniste (IRA), ONG anti-esclavagiste en Mauritanie et des organisations de défense des droits humains et des avocats mauritaniens, sénégalais, français et belges, selon un communiqué reçu à Alakhbar.

Le communiqué rappelle : "La rencontre avec la presse devait évoquer la grave crise politique et sociale en Mauritanie ainsi que les nombreux maux dont souffre ce pays : l’esclavage, le racisme, la corruption généralisée, la répression brutale de tous ceux qui osent dire non au chef de l’Etat mauritanien et sa volonté de modifier la Constitution pour se présenter à un troisième mandat présidentiel, bien que la Constitution le lui interdise formellement".

Pour IRA- Mauritanie, l’évocation de tous ces maux n’est donc pas acceptable pour toutes ces autorités qui manœuvrent pour refuser la parole à ceux qui se lèvent pour dire non.

Pour preuve, note le communiqué, depuis le 5 août 2017, date à laquelle s’est tenu un référendum, boycotté par l’opposition, visant à modifier illégalement la Constitution, la répression s’est intensifiée. Un sénateur a été enlevé puis placé en détention, ainsi qu’un sous-officier. 14 autres sénateurs, 4 journalistes et 2 syndicalistes ont été placés sous contrôle judiciaire. Des mandats d’arrêt ont été déposés contre deux hommes d’affaires vivant à l’étranger et tous les sénateurs sont interdits de sortie du territoire.

Les organisations de défense de droits humains, réunies ce jour à Dakar pour apprécier cette situation, ont décidé de poursuivre ce combat sous des formes multiples et variées et qui seront portées en temps opportun à la connaissance de l’opinion.

Original Article

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE