Les deux Nouakchott, entre luxe, misère, rigorisme et excès

Les deux Nouakchott, entre luxe, misère, rigorisme et excès

1

NouakchottLa ville de Nouakchott frôle actuellement le million d’habitants. Il y a cinquante ans, elle abritait moins de cinq mille âmes. Tous les maux et contrastes s’y entassent aujourd’hui. Des mauvaises influences, des mœurs en dépravation, du mimétisme et des comportements les plus extrêmes tapent aux portes de toutes les maisons et de tous les quartiers et communautés sans exception aucune. Meurtres, vols à l’arraché, cambriolages, prostitution, mendicité, adultère, trafic de drogue, gangstérisme, sont à l’assaut des quartiers riches ou pauvres. Les couches les plus riches s’installent davantage dans l’opulence, tandis que les déshérités sombrent dans l’inconnu risqué et les contre-valeurs éthiques. Radioscopie d’une société urbaine en transformation.

La ville compte plus d’une quarantaine de quartiers officiels et non officiels. Toutes les composantes nationales s’y empilent : Beïdanes, Harratins, Poulars, Soninkés, Wolofs, non nationaux- maghré- bins, ouest-africains et subsahariens, etc. Suivant son origine, chaque communauté marque d’une pierre blanche son quartier ou son arrondissement par les couleurs de son terroir, un mode de vie qu’on peut qualifier de « rirurbanisation ». Associations et activités culturelles aux couleurs du village s’installent, témoignant de l’attachement à la ville, au village ou campement d’origine. Comme toutes les capitales du sud, Nouakchott crée, hélas, une communauté d’habitants urbains en perte de valeurs du terroir. Une bombe à retardement pour le pouvoir central. La capitale donne l’image d’une mégalopole, mais conçue avec le dessin d’une épée de Damoclès. Tel dans le film Blade Runner de Ridley Scott, dans sa croissance, Nouakchott devient le centre de tous les crimes, de dépravations des mœurs.

Pas un jour ne passe sans que la police n’enregistre des cas de viol, trafics de drogue, de vols, ou ne coffre de prostitués. Faits de société ou simple influence exogène, en traversant la capitale, on ne peut empêcher nos regards de se river sur des femmes tirant des paquets de cigarettes de leurs soutiens-gorges, ou de leurs voiles, des jeunes filles portant des pantalons serrés, mais également celles portant des pantalons sous des des voiles trop transparents.

Quand aux adolescents, leur  modernité serait de tomber  le pantalon au beau milieu des fesses, slip dehors. La ruée vers les smartphones de luxe, les  belles voitures, serait une sorte de cache-sexe de la misère sociale.  La ville de Nouakchott n’est certes ni Brasilia, ni Mexico, ni non plus Los-Angeles, avec leurs dizaines de millions d’habitants et leurs cortèges de suicides, de cartels de drogue et de mafias, mais elle est sur la voie de reproduire la même typologie de phénomènes sociétaux des méga-villes de ce siècle.

Ville-carrefour des «grands maux sociologiques de notre temps», selon la belle formule d’Ignacio Ramonet, Nouakchott abrite des quartiers périphériques, devenus le berceau de la pauvreté, de la marginalité, de l’insécurité, de la pollution, du désarroi, etc.

Le conglomérat des quartiers périphériques tels Mellah, Hay Saken, PK, Kebba, Tarahil, Kouva, Kossovo, et bien d’autres cités, témoigne, à bien des égards, de la croissance démographique et de l’occupation spatiale hallucinante de la ville. Drôle d’histoire ; ces cités foncièrement pauvres, réputées dangereuses et regorgeant de tous les comportements déviant implacablement les mœurs sociales et les valeurs du terroir, portent en leur sein, une nouvelle idéologie ; celle de l’anticapitalisme, de l’antirichissime et de l’anti-libertinage mais également les contrevaleurs traditionnelles, « les excès des mœurs légères ». Raison pour laquelle, il est désormais facile de recruter dans ces quartiers des jeunes orthodoxes fanatiques islamistes « prêts à se faire exploser », comme des prostituées, de trafiquants de drogue, de gangs, de voleurs et de casseurs de biens publics, entre autres ; parce que la pauvreté fabrique des proies faciles pour les malfrats.

De l’autre coté, Tafragh Zeina, Ilot K, Socogim, Lixar…. constituent les quartiers luxueux où habitent des citoyens « aisés » ravitaillés régulièrement en eau et en électricité et dont la plupart des villas somptueuses sont protégés par les patrouilles de la police et surveillés par les vigiles. Le fossé entre les riches et les pauvres, entre quartiers chics et cités bâties dans des endroits squattés « Gazra», s’approfondit. La liaison entre quartiers du centre-ville et ceux périurbains est quotidienne. Elle crée l’échange classique entre le poumon économique de la capitale et sa périphérie. Toutefois, elle ne permet pas le transfert des activités et des services sociaux de base vers les quartiers périphériques.

Ceux-ci abritent d’ailleurs les taux les plus élevés de la déperdition scolaire, de l’analphabétisme, le plus grand nombre de violence, de vols, de prostituées, d’escrocs, etc. Tant que de vraies politiques sociales ne seront pas mises en place ou renforcées dans ces espaces périurbains, la ville de Nouakchott, continuera à souffrir de sa croissance informelle, à suffoquer, comme attaquée par une peste, de ses maux sociétaux et, enfin, à vomir les souffrances de ses habitants pauvres qui s’entrechoqueront avec les plus aisés et le pouvoir central. Tous les ingrédients d’un télescopage social et d’une révolte des « damnés urbains » sont plus que jamais réunis.


 

Dr Ousmane Wagué

1 commentaire

  1. Dr Wague:merci de cette fresque si réelle. guetto de TV-ZEINA repus,douches,gaspillant aux avec insolence au moindre petit évène nement nous sommes devenus des zombies insensibles a la misère humaine qui nous entoure. Je souhaiterais que tu traduises cet article en arabe pour les lecteurs non francophones. Tu as ton devoir car notre Elite ne joue pas son rôle.
    Bien affectueusement a toi
    Brahim Salem Bouleiba

LAISSER UN COMMENTAIRE