Mali : bilan annuel contrasté pour l’application de l’accord de paix d’Alger

Mali : bilan annuel contrasté pour l’application de l’accord de paix d’Alger

0

Comme chaque année depuis la signature de l'accord de paix d'Alger, une réunion a été consacrée, ce mercredi 20 septembre au cours de l'Assemblée générale de l'ONU à faire le point d'étape sur l'application de la mise en oeuvre de l'accord.

Le président malien IBK, le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, le ministre des Affaires étrangères français et celui de l'Algérie, qui préside la médiation internationale, ainsi que le président de la Cedeao, la Communauté des Etats d'Afrique de l'Ouest, ont tous évoqué un bilan très contrasté de l'année écoulée. Une réunion marquée par la double attaque qui a visé dans la matinée des Casques bleus et des militaires maliens à Kidal et Menaka.

C'est par une minute de silence en hommage aux soldats maliens et internationaux tués au Mali que s'est ouverte cette réunion. Au chapitre des avancées, les participants ont notamment cité la mise en place des autorités intérimaires dans les 5 régions du nord, la nomination des gouverneurs ou encore la conférence d'entente nationale.

Le chef de la diplomatie française s'est, lui, félicité de l'adoption par l'ONU, il y a 15 jours, d'un régime de sanctions contre ceux qui entravent le processus de paix. « Un levier de plus pour la communauté internationale », estime-t-il. Mais tous ont aussi unanimement souligné l'ampleur des défis qui restent. Antonio Guterres s'est ainsi alarmé de l'absence d'une stratégie de réforme du système sécuritaire malien et des retards dans l'application de certaines dispositions politiques du fait du report de la révision constitutionnelle.

Bien que ne participant pas de l'accord, la création de la force antiterroriste G5 a été plusieurs fois citée comme outil indispensable face à la propagation de l'insécurité au centre du Mali et à toute la sous-région. Rapelant que 9 des 10 000 soldats de la Minusma sont issus de pays membres de son organisation, le président de la Cédéao a d'ailleurs annoncé la tenue le 12 octobre à Bamako d'un forum stratégique avec notamment l'Union africaine et l'ONU. Objectif : trouver un moyen de mutualiser les effectifs, les stratégies et les équipements pour créer « une force non pas de maintien de la paix, mais d'imposition de la paix ».

Source : RFI

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Mis à jour le jeudi 21 septembre 2017 12:23

Original Article

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE