Mauritanie : l’étau judicaire se resserre autour de Bouamatou

Mauritanie : l’étau judicaire se resserre autour de Bouamatou

0

Après plus d’une semaine  marquée par une série d’arrestations et d’interpellations, la justice mauritanienne semble être passée à la vitesse supérieure pour  régler « l’affaire Bouamatou ».

En effet, une audition d’envergure a eu lieu, jeudi 30 août, au palais de justice. Le procureur a entendu  près  d’une dizaine de personnes et  a requis  plusieurs mandats de dépôt et d’arrêts.

Ainsi, le parquet   a requis  2 mandats de dépôt pour les sénateurs  néanmoins  le juge n’a validé que celui de Mohamed Ould Ghadda, en garde à vue depuis  le 12 août.

Ce dernier est  accusé de « corruption et réception de pots de vin». La chanteuse et sénatrice, el Maalouma,  quant-à elle a été  entendue, hier  soir. Elle  est finalement mise sous contrôle judiciaire pour corruption reçue.

Des mandats d’arrêts  ont été également  requis pour 11 autres  sénateurs mais aussi contre le richissime  homme d’affaires, Mohamed Bouamatou et  le vice-président de son groupe, Ahmed Ould Debagh.

Les journalistes et les syndicalistes  n’ont pas été également laissés en rade. Ainsi, le procureur a demandé un contrôle judiciaire pour 3 journalistes ainsi que pour  la directrice d’un site d’informations sur le web  et plusieurs leaders syndicaux.

A noter que ces derniers jours, des journalistes avaient été interrogés sur leurs liens financiers avec  l’homme d’affaires, Bouamatou.

Concernant, le sénateur, Ould Ghadda, les faucons du palais lui avaient promis des représailles pour avoir  dirigé la commission d’enquête du sénat pour les marchés publics et de s’être opposer  au référendum.

Un scrutin qui a enregistré une large victoire du « oui » avec 85% des voix  et un taux  de participation d’environ 54%.

Ibrahima Junior  Dia

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE