Le transfert de Neymar, votre meilleur feuilleton de l’été

Le transfert de Neymar, votre meilleur feuilleton de l’été

0

Contrairement aux sagas télévisuelles de saison, celle du possible départ du Brésilien au PSG se passe en temps réel et sur tous les médias. Vous avez peut-être déjà même tweeté dessus…

À chaque mercato son feuilleton. Après celui du transfert de Yoann Gourcuff en 2015 et celui, interminable, de l'avenir de Paul Pogba en 2016, celui de 2017 concerne Neymar Jr., l'attaquant brésilien du FC Barcelone. Après plusieurs jours de rumeurs et d'incertitudes, le joueur, annoncé partant pour le Paris Saint-Germain, pourrait finalement rester en Catalogne, si l'on en croit le selfie posté par son coéquipier espagnol Gerard Piqué, sobrement légendé «Se queda» (comprendre «Il reste [au Barça]»), qui a engendré plus de 350.000 retweets et likes en moins d'une journée.

D'un côté, le flou qui entoure l'avenir de Neymar n'est en rien inédit. Les fausses rumeurs de départ, les intox, l'emballement des médias ou encore la mainmise des agents de joueurs visant à renégocier un contrat ou à faire gonfler la valeur d'un footballeur sont des effets de manche largement répandus dans le football moderne. Ce qui change, comme on a déjà pu le voir avec le transfert de Paul Pogba l'été précédent, c'est le «bruit» grandissant suscité dans ces pourparlers par les joueurs eux-mêmes et les supporters qui, par l'intermédiaire de leurs comptes personnels sur les réseaux sociaux, sont en mesure de venir participer, alimenter, voire brouiller ou court-circuiter, aux pourparlers.

Pourparlers eux-mêmes compliqués par des montages économiques de plus en plus acrobatiques, entre droit à l'image, tiers parties et respect des règles du fair-play financier… Un grand feuilleton de l'été qui, contrairement aux sagas télévisuelles de saison, se passe en temps réel et sur tous les médias. Entre les déclarations de ses proches ou de ses coéquipiers, entre les intriguants «likes» et les curieux sous-entendus, vous avez du mal à vous y retrouver? Pas de problème. De la naissance de la rumeur à l'issue (presque) finale, voici une chronologie complète de cet haletant feuilleton encore in progress.

***

10 juillet – Neymar sème le doute. Le quotidien sportif Marca rapporte une drôle de déclaration du joueur prononcée à la télévision brésilienne: «Qui sait ce qui va se passer demain. Je me suis adapté mais tout peut arriver, qui sait…» La rumeur Neymar au PSG? C'est reparti pour un tour.

17 juillet – Le quotidien catalan Sport va un peu plus loin et révèle que Neymar se sentirait «mal à l'aise» à Barcelone. Si l'on en croit le journal sportif, le Brésilien serait lassé de vivre dans l'ombre de Lionel Messi.L'occasion pour le compte @DailyMercato de rappeler d'autres feuilletons classiques du marché des transferts: Bale à Manchester, Cristiano Ronaldo sur le départ, Verratti loin de Paris…

17 juillet (bis) – Le Paris Saint-Germain est prêt à payer la clause libératoire de Neymar s'élevant à 222 millions d'euros, affirme le journaliste italien Gianluca Di Marzio, généralement connu et réputé pour ses tuyaux fiables. Intox pour une revalorisation de contrat ou départ probable? C'est encore flou, mais la rumeur semble se préciser. Neymar, de son côté, ne moufte pas.

17 juillet (ter) – Josep Vives, un porte-parole du Barça, tente d'éteindre l'incendie. «Le club n'a pas à l'esprit le départ de Neymar, déclare-t-il. Il est heureux au club et le club est heureux avec lui.» Robert Fernandez, un des dirigeants du club, lui, ne voit pas un Barça sans Neymar et dit ne pas croire à un transfert compte tenu du montant très élevé de sa clause (plus de 220 millions d'euros).

18 juillet (matin) – Neymar «like» une photo des joueurs brésiliens du Paris Saint-Germain postée par Lucas Moura. Wow, ça devient sérieux?

Photo

18 juillet (bis) – Neymar dit «oui» à Paris? Esporte Interativo, l’une des plus grosses (et des plus fiables) chaînes de télé brésiliennes, révèle que le Brésilien a accepté l'offre du Paris Saint-Germain. Le transfert devrait être officialisé deux semaines plus tard, après les tournées estivales des deux clubs. Mais dans un mail au média Goal, l'attaquant brésilien se dit «heureux» à Barcelone. Personne ne comprend plus rien.

18 juillet (ter) – Jordi Mestre, vice-président du Barça en charge du sportif, monte au créneau. «Il restera à 200%», assure-t-il en conférence de presse. OK.

19 juillet – Marcelo Bechler, journaliste brésilien réputé, à l'origine des informations sur les modalités du transfert de Neymar, persiste et signe. Il confirme que le Brésilien aurait parlé avec les joueurs du PSG et leur aurait assuré qu'il jouerait avec eux. Il laisse toutefois la porte ouverte à une prolongation de contrat, même si, d'après Bechler, ça ne l'intéresserait pas.

19 juillet (bis) – Interrogé sur la probabilité d'un transfert, le joueur du PSG Thomas Meunier répond avec humour sur Twitter: «Vous voulez savoir si Neymar arrive? Envoyez RECRUES au 75016 (220.000.000 SMS envoyé/reçu)». Dans cet océan de rumeurs, un peu d'humour ne fait pas de mal. Merci Thomas.

20 juillet – Les médias catalans relancent de plus belle. La radio RAC1 parle de «négociations bien avancées». Radio Catalunya, proche du club, annonce de son côté que le transfert «est fait à 95%». Des noms de remplaçants sont même évoqués: Paulo Dybala, Ousmane Dembélé ou Philippe Coutinho.

20 juillet (bis) – Et maintenant, la famille: la sœur de Neymar aurait déjà annoncé son départ vers la capitale française à ses proches, selon Ricardo Martins du Esporte Interativo. Marcelo Bechler ajoute que les joueurs du club francilien auraient été informés par Neymar en personne qu'il allait les rejoindre. Une information contredite par le père d'un des Brésiliens du PSG dans L'Équipe peu après. Vous aussi vous avez le tournis?

20 juillet (ter) – Dans un entretien accordé à l'Associated Press, Josep Bartomeu, le président du Barça, évoque le cas du Brésilien avec fermeté: «Neymar n'est pas sur le marché. Il a un contrat avec nous sur quatre ans. Il fait partie de notre équipe, de notre trident [Messi-Suarez-Neymar, ndlr]. Pour le recruter, il faut payer sa clause libératoire. Et c'est impossible avec le fair play financier.»

21 juillet – Neymar sème (encore) le doute. Pire, il rend tout le monde fou en postant une photo de lui à l'entraînement, pensif, allongé sur l'herbe, main sur le menton et regard fixe. Une allusion à ses hésitations? Aucune idée, évidemment.

21 juillet (bis) – Le latéral Dani Alves, nouvelle recrue du PSG et «mentor» de l'attaquant brésilien au Barça quelques années plus tôt, fait pression sur ce dernier, d'après Mundo Deportivo. Il le fait même publiquement, sur Instagram: «Que veux-tu être? Où veux-tu aller? Ces questions dépendent de toi. N'oublie pas qui était avec toi à tes débuts.» Sport révèle qu'en cas de transfert, Neymar rejoindra ses futurs coéquipiers à son retour de tournée internationale aux États-Unis.

21 juillet (ter) – C'est trop. Le compte Twitter @NeymarFrance craque. «Si Neymar part du Barca, ce compte n'existera plus», lâche son propriétaire.

Et les dessous du montage financier imaginé par le Paris Saint-Germain fuitent.

21 juillet (quater) – Le Parisien est catégorique: Neymar a annoncé à ses coéquipiers barcelonais son désir de rejoindre Paris. Le quotidien en fait même sa une. Dans le même temps, un dirigeant barcelonais, sous couvert d'anonymat, s'exprime dans Sport: «La situation est sérieuse, il y a une vraie possibilité que Neymar parte cet été. Je dirais 50% de chances.»

22 juillet – Alors que le monde du football est rivé aux moindres dires de Neymar, ce dernier passe le temps en inscrivant deux buts contre la Juventus dans un match de préparation mouvementé pour le Brésilien. Lors de ses célébrations, tout le monde a scruté ses gestes et un éventuel bisou sur l'écusson. En vain.

22 juillet (bis) – Le père de Neymar, annoncé à Paris pour des négociations avec le PSG, était finalement à New York avec la délégation du Barça. On n'est plus à une surprise près. À la fin du match, il s'est même rendu en zone mixte, d'après Mundo Deportivo et L'Équipe, sans s'exprimer devant la presse, puis est monté dans le bus des Catalans accompagné de Jordi Mestre, vice-président du club.

22 juillet (ter) – D'après le site Ohmygoal, Pini Zahavi, un intermédiaire proche de Neymar, s'est entretenu avec Henrique, le directeur sportif du PSG, dans un grand hôtel parisien.

Rencontre A. Henrique (dir. sportif PSG) et P. Zahavi (intermédiaire du clan Neymar) ce soir à Paris. Le dossier Neymar au PSG est bouillant pic.twitter.com/4t6kuyCf2d

— Maxime Horbez (@MaxHorbez) 22 juillet 2017

23 juillet – Gerard Piqué, défenseur emblématique du Barça, poste une photo avec Neymar avec, en légende, les mots suivants: «Il reste.» Twitter explose.

En France, dans la foulée du tweet, de nombreux internautes cherchent d'ailleurs à connaître la traduction de cette phrase.

23 juillet (bis) – Le journal Diario Gol affirme que Cristiano Ronaldo aurait envoyé un message à Neymar sur l'application de messagerie WhatsApp pour lui donner son avis… et le décourager de quitter Barcelone. Une information difficile à vérifier, mais après tout ce que l'on a failli avaler, pourquoi ne pas y croire après tout?

23 juillet (ter) – Le journal catalan Sport fait état d'une longue conversation entre Lionel Messi, Luis Suarez et Neymar au terme de laquelle le Brésilien se serait laissé convaincre, avant de lâcher un «Je reste». À Paris, on s'arrache les cheveux pour mettre sur pied un montage financier irréprochable. Non loin de là, l'UEFA guette.

24 juillet – L'entourage de Neymar confie à Sport qu'il n'a pas encore pris de décision définitive. Mais les contrats, eux, semblent déjà prêts à être signés. Revirement de situation: un proche de Neymar, quant à lui, affirme à ESPN, dans une interview, que ce dernier n'était pas au courant du tweet et de la photo de Piqué.

To be continued.

Rodrigue Arnaud Tagnan et Robin Panfili

Source : Slate

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Mis à jour le lundi 24 juillet 2017 16:15

Original Article

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE