Sénégal/Mauritanie : Rosso, la frontière à péage « Tu ne passe pas sans payer »

Sénégal/Mauritanie : Rosso, la frontière à péage « Tu ne passe pas sans payer »

3

Le poste de passage Sénégalo-mauritanien de Rosso est décidément une excuse des forces de sécurités pour se remplir les poches. En effet, les deux rives du fleuve sont sujettes à une corruption ouverte, frontale, et limite agressive. Les agents des douanes, de gendarmerie et de polices deux pays se valent. Les mauritaniens dépouillent les Sénégalais et les Sénégalais déplument les mauritaniens.

Du paiement des cotisations à la mairie « Djouti » à l’établissement du papier de devise (50 euros) en passant par le contrôle douanier, de police et de gendarmerie, toutes les procédures sont indépendantes les unes des autres et chaque corps devient une institution spécialisée dans la raquette.

L’on serait tenter de s’insurger, de se révolter contre ces pratiques, mais il y’a toujours des facilitateurs « Coxeurs » pour nous en dissuader. « Ca te retardera, et de toute façon tu ne passeras pas sans payer » te disent t-il. A croire que l’arnaque et l’intimidation sont leur principal fonds de commerce de concert avec les agents corrompu aux méthodes douteuses et agressives.

Les tickets de cotisations à la commune « Djouti » coutent sur la rive sénégalaise 200 f CFA et 40 UM sur la rive mauritanienne, mais les agents municipaux ont développés des deux cotés une technique infaillible de taxation. Ils vendent 4 tickets à chaque passager au lieu d’un. De quoi remplir les caisses des mairies. Cette pratique est effectivement pratiquée sur les deux rives du fleuve.

Les douaniers vident nos sacs et réclament un droit de passage. Les policiers nous prennent à part et essayent de nous intimider par le moyen de la frayeur et les gendarmes, sur aucune base légale et en murmurant comme s’ils ne voulaient pas être entendus par des tiers nous taxent le plus souvent 2000 Um en Mauritanie et 2000 f CFA au Sénégal.

Qu’ont fait les Etats pour lutter contre ce mal silencieux ? Rien, et pire, les autorités le nient et ferment les yeux sur ces raquettes sans queues ni tête. A croire qu’elles sont complices. D’ailleurs, elles le sont.

Ces deux pays ont des histoires qui sont intimement liées, des rapports économiques et sociaux d’une très grande importance et partagent 815 Km de frontière. Ces pays frères auraient due dépassés leurs rapports actuels et faciliter ainsi la vie des populations.

Tandis que la corruption fait rage, que la raquette tue, les autorités restent silencieuses car occupés par des affaires personnelles dans l’ignorance la plus totale des souffrances du peuple.

Mais où allons-nous ?

3 COMMENTAIRES

  1. C’est un vrai problème pour les usagers de ce tronçon de malheur. La plus grosse bêtise des temps moderne sur cet axe reste pour moi cette histoire de devise, où on est obliger de changer son argent en une monnaie d’un pays qui se trouve à des année de lumière de l’Afrique. Nous sommes comme ainsi dire foutu!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  2. C’est bien vrai nous qui somme nė en France c’est le genre de choses qui nous donne pas envie de venir dans les pays de nos parents et c’est dommage

  3. Triste réalité, l’on passe tout notre temps à réclamer le développement, la cessation de ce genre d’escroquerie et de corruption abusive…et malheureusement , les hommes de tenue qui se doivent de servir la population, qui ont l’obligation de veiller sur lordre, d’interdire linjustice , sont ceux qui commencent à abandonner le droit chemin, ne devrait on pas se demander même s’ils ont une fois été honnêtes dans leur vie? Comment est ce que des hommes de tenue peuvent se permettre d’arnaquer les gens et accepter d’être corrompus? Et personne n’en parle… cette situation est vraiment innacceptable et révoltante … A suivre

LAISSER UN COMMENTAIRE