Mauritanie : dégradation du climat politico-social

Mauritanie : dégradation du climat politico-social

0

En attendant la date butoir du référendum constitutionnel en Mauritanie, le climat politico-social reste très agité. En effet, l’opposition dite significative  représentée par  le Forum national pour la démocratie et l’unité  (FNDU)  et  le  Rassemblement des forces démocratiques (RFD)  a débuté ce week- end dans la région de sebkha (sud-ouest de Nouakchott) ,  sa campagne de sensibilisation contre les réformes constitutionnelles  adoptées  lors du dialogue national organisé du  29 septembre au 20 octobre 2016.

Ainsi,  la coalition  dans les jours à venir compte sillonner l’ensemble du pays  pour  mener son combat  à savoir  conscientiser  la masse populaire  des dérives  du pouvoir .

La coalition  accuse le gouvernement  actuel d’avoir  plongé le pays dans  une gestion chaotique, nébuleuse et sans issue. L’Etat devrait s’occuper de l’essentiel à  savoir  réduire la pauvreté,  lutter  contre le chômage des jeunes  au lieu de s’aventurer à des problèmes de formes (suppression du Sénat,  création de conseils régionaux,  changement de symboles d’hymne national et de drapeaux)  qui n’ont aucune utilité pour le pays.

Résoudre le problème de l’intégration mauritanienne est devenu un impératif  avec  le phénomène de l’esclavage  qui touche 20% de la population en majorité harratines.

Parlant d’esclavage, le défenseur des droits humains, Biram Dah Abeid  a fait son apparition en Mauritanie dimanche  15 janvier  après  une longue  tournée de 8 mois  qui l’a conduit en Europe,  aux Etats-Unis et en  Afrique. Une entrée en scène houleuse puisque  le  chef de file du mouvement  de  l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA)  est surveillé  depuis son  arrivé comme du lait sur le feu  par la  direction générale de la sûreté nationale (DGSN) .

En témoignent  les échauffourées  enregistrées lundi  16 janvier   à  Nouakchott -sud  entre forces de l’ordre, militants et sympathisants de l’IRA qui voulaient seulement réserver un  accueil  chaleureux à  leur leader.

Dans ce sens, l’IRA a sorti un communiqué publié mardi 17 janvier  qui mentionne que  les membres de l’organisation doivent  redoubler de vigilance et à ne pas céder  à la provocation. Les militants doivent  continuer la lutte pacifiquement   et  rester  indifférents  à certaines  accusations.

De l’avis de nombreux observateurs, le champ politico -social   est parti pour être tendu avant  le déroulement  du référendum qui se profile à  l’horizon.

A noter que le parlement (assemblée nationale, sénat) a tenu récemment une réunion extraordinaire pour statuer sur la date.

Ibrahima Dia

 

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE