Mauritanie : la police réprime sévèrement  des activistes de l’IRA

Mauritanie : la police réprime sévèrement  des activistes de l’IRA

0

Les militants du mouvement de l’Initiative de résurgence du mouvement abolitionniste (IRA) n’oublieront pas  de sitôt  la  journée du jeudi  05 janvier. En effet,  leur marche de contestation a été sévèrement réprimée par les forces de l’ordre. Ces derniers réclamaient  la libération  de 3 de leur camarade  condamné à des  peines allant de 1 à 3 ans de prison  dans l’affaire « bouamatou ».

Les activistes  dans leur mouvement de contestation ont voulu   emprunter   l’itinéraire qui mène  au palais de justice. Chose qui ne sera pas faite puisqu’ils   ont eu à  en découdre avec les policiers  qui n’ont pas manqué cette occasion pour leur faire la  fête. Ainsi, plusieurs blessés ont été enregistrés et  4 arrestations du côté des  protestataires.

Selon nos radars, les personnes arrêtées et conduites  au commissariat du 4ème répondent  aux  noms de Sabar Ould Houceine, Zoubeir Ould MBareck, Sidi Ould Mahmoud et Amadou Traoré.

Rappelons que  le 18 août 2016, le  tribunal de Nouakchott avait sévèrement   condamné les 13 militants de l’IRA à des peines allant de  3 à 15 ans de prison. Suite à une forte pression exercée par les défenseurs des droits de l’homme,  la communauté internationale,  les ONG  des droits humains, la cour  suprême avait  fini par céder  et dégonfler le ballon de baudruche. Plusieurs membres de l’IRA ont vu tout simplement  leur lourde peine annulée   par la cour.

Une bataille qui vient  d’être  gagnée  mais pas la guerre. Les militants de l’IRA sont plus que déterminés à exiger  la lumière sur  l’affaire de  torture  de certains membres  de l’IRA  lors de leur détention en prison. C’est dans ce sens que le mouvement  reproche aux autorités de vouloir  garder en prison certains membres dont  les séquelles sont visibles pour cacher  les traces de tortures .Sur ce, l’IRA exhorte les autorités  à libérer  les  3   prisonniers  qui purgent des peines allant d’un an à trois ans.

Ibrahima Dia 

 

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE