Résultats du dialogue : le nombre de mandats et l’âge de la...

Résultats du dialogue : le nombre de mandats et l’âge de la candidature à la présidentielle préservés

28
0
PARTAGER

Les travaux du dialogue national organisé depuis le 29 septembre par le gouvernement, se sont achevés jeudi au palais des congrès.

Les recommandations issues de ce dialogue ont été lues en présence du président Mohamed O. Abdel Aziz.

Une absence remarquée, celle du président de l’APP, Messaoud O. Boulkheir, dont la formation politique avait suspendue sa participation à ce dialogue, quelques jours avant sa clôture.

Les recommandations faites consacrent la préservation de l’article 26 relatif à l’âge de la candidature à la présidence de la république et au nombre de mandats présidentiels.

Le document final souligne cependant que des participants ont proposé la modification de l’article 26 de la constitution demandant le relèvement de l’âge de la candidature à la présidentielle, et d’autres celle du nombre de mandats objet de l’article 28.

Deux propositions qui ont été à l’origine de fortes dissensions entre la majorité et l’opposition, notamment l’APP qui a du suspendre sa participation avant la fin des travaux.

Le document final propose par ailleurs l’organisation, avant la fin de cette année, d’un referendum sur certaines modifications de la constitution.
Celles-ci concerne la suppression du sénat, le renforcement des prérogatives du président de la république et du parlement et l’intérim du président de la république en cas de vacance du pouvoir.

L’intérim reviendrait d’abord au président de l’assemblée nationale et au président du conseil constitutionnel en cas d’empêchement de ce dernier.

Autres propositions faites, le changement du drapeau et de l’hymne national et l’organisation d’élections législatives et communales anticipées afin de permettre la participation de tous et la consolidation de la proportionnelle limitée.

Les participants proposent par ailleurs de nouvelles dispositions pour la constitution de la commission électorale indépendante de manière transparente et la révision du système de gestion de l’institution de l’opposition démocratique afin de consacrer la représentativité de l’ensemble de l’opposition.

Dans le cadre des réformes constitutionnelles, les participants proposent la suppression de la haute cour de justice, l’accusation restant du ressort du parlement.

Ils proposent également la consolidation du conseil constitutionnel, la création de conseils régionaux, la révision de la loi autorisant les partis politiques et leur adaptation et leur financement pour qu’il soit sur des bases transparentes.

saharamedias

Original Article

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE