ACCORD DE PÊCHE MAURITANIE/SÉNÉGAL : VIVE INQUIÉTUDE DES PÊCHEURS SÉNÉGALAIS

ACCORD DE PÊCHE MAURITANIE/SÉNÉGAL : VIVE INQUIÉTUDE DES PÊCHEURS SÉNÉGALAIS

105
0
PARTAGER

Les pêcheurs guet Ndariens  ont montré leur inquiétude face au retard  du renouvellement des accords de pêche entre la Mauritanie et le Sénégal, a-t-on constaté ce 01 septembre à Saint -Louis. Les mareyeurs  ont fait savoir que près de 40 jeunes sont au chômage par manque de licence de pêche. Cela cause de nombreux désagréments  aux familles des pêcheurs qui  tirent le diable par la queue.

 Pour  Baye Diallo, un des syndicalistes des pêcheurs  artisanaux, la pêche est un pourvoyeur d’emplois. Si on ne travaille pas, on est forcément dans le loisir, en témoignent  les nombreux jeunes qui chôment et qui sont entrain de brader la plage, se désole-t-il.

 Cette situation a entrainé un véritable désespoir au sein des familles des pêcheurs. Ils  peinent  à joindre les deux bouts parce qu’il n’y a pas de poissons, explique le pêcheur Ma sow  Mbaye. Et  de remarquer : « chaque pirogue qui allait en Mauritanie, employée entre 25, 30 voir 40 personnes ». « Aujourd’hui tout cet équipage est renvoyé au chômage », a déclaré le pêcheur. 

 « C’est dommage que maintenant  les activités  menées au niveau du quai de pêche ne rapportent  pas grand – chose. Les pêcheurs  ne se partent qu’entre 500, 1000, ou maximum 1500 FCFA,  après une partie de pêche », indique Ma Sow Mbaye.

 A quelques jours de la célébration par la communauté mouride  du Magal des 2 rakkas et  de la  fête de l’aïd el Kabir (Tabaski), la situation reste difficile dans les quartiers de la langue de barbarie où les pêcheurs sont obligés de se réorganiser  pour satisfaire les demandes prioritaires.

 Depuis plusieurs mois, les deux parties sont en train de négocier pour le renouvellement de cet accord de pêche  mais cela   bute sur  l’adoption d’un nouveau  code de la pêche par la  Mauritanie .Cette loi impose que le poisson pêché  en Mauritanie doit débarquer d’abord dans   le pays ou transborder  de bateau en bateau, ce qui pose problème pour les pécheurs sénégalais,  ne disposant  que des pirogues en bois.

 Rappelons que le dernier accord a permis  au Sénégal  de bénéficier près de 400 licences  de pêche au lieu de 300 précédemment. Ce qui a permis d’augmenter  la quantité de poissons débarqués au Sénégal de 25 % (50000 tonnes en 2015 contre 40000 en 2014).

 

Ibrahima Dia  

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE