Declaration IRA : Un simulacre de procès

Declaration IRA : Un simulacre de procès

56
0
PARTAGER

Declaration IRA : Un simulacre de procès lun, 08/22/2016 – 21:02

Treize militants abolitionnistes "iraouis" , adeptes de la lutte non violente, viennent d'écoper de lourdes peines de prison ferme, qui de 15 ans, qui de 5 ans et d'autres de 3 ans. Avec eux, sept habitants de "Edbaye Ould Bouamatou" se voient infliger des peines similaires. Ces militants antiesclavagistes et ces citoyens de quartiers pauvres de la Capitale vont rejoindre les jeunes du Mouvement du 25 février, condamnés à des peines du même ordre il y a quelques semaines. Ils iront peut être dans les cellules encore chaudes que viennent de quitter, il y a trois mois, les autres dirigeants d'IRA à savoir son président Biram Dah Abeid et son vice-président Brahim Ramdhane. Ainsi vont les droits de l'homme sous le régime de Mohamed Ould Abdel Aziz, général putschiste ayant légalisé son forfait en se faisant élire puis réélire.

Ces peines, extraordinairement lourdes, ont été prononcées à l'issue d'un simulacre de procès où la police était juge et partie, les juges violaient les codes de procédure pénale et l'Exécutif se montrait ouvertement à la manœuvre. Le procès s'était d'ailleurs terminé sans la présence du Collectif des avocats de la défense qui s'était retiré à la demande des prévenue et à la suite du refus de la Cour d'examiner la plainte pour actes de torture déposée par les détenus contre des officiers et agents de la police qu'ils avaient nommément désignés. La Cour s'étant déclarée incompétente alors que la loi lui fait l'obligation de recevoir de telle plainte.

Devant la démesure des peines et face à ce qui paraît être un choix d'escalade trahissant la fébrilité du gouvernement de Ould Abdel Aziz, l'Initiative pour la Résurgence du mouvement Abolitionniste (IRA) tient à porter à la connaissance de l'opinion ce qui suit:

1- Nous saluons nos militants et célébrons leur courage, leur détermination et leur dignité face à l'injustice qui s'abat sur eux et sur leur famille. Vous n'êtes pas les premiers et ne serez pas les derniers abolitionnistes que le régime esclavagiste et raciste du Général Ould Abdel Aziz a désignés comme cibles, cibles qu'il a systématiquement ratées. Nos chaleureux remerciements et notre profonde gratitude vont au Collectif des avocats qui s'est spontanément mis en place pour défendre nos militants;

2- les arrestations de nos militants, leur condamnation à des peines aussi lourdes ne changeront d'un iota notre détermination à déconstruire, jusqu'à la dernière pierre, le système esclavagiste et à bâtir sur ses ruines une Mauritanie pour tous, juste, égalitaire et prospère. Cette détermination n'a d'égale que notre volonté à mener ce combat, comme nous l'avons toujours fait et notamment pendant les 18 mois de détention arbitraire de nos autres dirigeants, par les moyens de la non violence que nous garantit la Constitution;

3- Nous exhortons l'ensemble des forces de l'Opposition, les personnalités libres et les institutions indépendantes à unir nos actions et à conjuguer nos efforts pour en finir avec un régime qui n'a que trop, tantôt pris en otage, tantôt en bouclier les uns et les autres pour perpétuer son emprise sur le pays et continuer à s'octroyer les avantages indus produits par le labeur des Mauritaniens. La lutte contre l'esclavage et le racisme est l'affaire de tous et ne peut être gagnée que par les efforts de tous;

4- Nous appelons nos militants à la mobilisation générale pour exiger la libération des détenus en utilisant toutes les formes de luttes pacifiques garanties par la constitution de notre pays.

Le bureau exécutif Nouakchott le 20 août 2016

Article Original

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE