Un djihadiste malien jugé à la Cour pénale internationale

Un djihadiste malien jugé à la Cour pénale internationale

57
0
PARTAGER

Le Touareg est accusé d’avoir dirigé intentionnellement des attaques contre six des mausolées de Tombouctou, classés au patrimoine mondial de l’humanité.

C’est un procès inédit. Bercé depuis son plus jeune âge par l’étude du Coran, le Touareg malien Ahmad Al Faqi Al Mahdi, jugé par la Cour pénale internationale (CPI) pour la destruction de mausolées à Tombouctou, a incarné le nouvel ordre djihadiste imposé dans le nord du Mali en 2012. Né il y a une quarantaine d’années dans la tribu maraboutique des Kel Ansar, à Agoune, à 100 kilomètres à l’ouest de Tombouctou, cet homme barbu à l’abondante chevelure bouclée, décrit comme réservé, voire introverti, a été le maître d’œuvre de la démolition de ces monuments classés au patrimoine mondial de l’humanité.

Il lui est reproché d’avoir participé à toutes les étapes de la destruction : de la planification à l’exécution, en passant par le sermon du vendredi précédant l’attaque. Des actes pour lesquels Ahmad Al Faqi Al Mahdi a plaidé coupable et demandé pardon au peuple malien. « Je demande leur pardon et je leur demande de me considérer comme un fils ayant égaré son chemin », a-t-il déclaré, après avoir plaidé coupable de crime de guerre.

Membre d’Ansar Dine

Diplômé de l’Institut de formation des maîtres (IFM) de Tombouctou, ancien fonctionnaire de l’Éducation malienne qui a vécu en Libye et en Arabie saoudite, il a fréquenté très tôt l’école coranique. « Parmi les 82 élèves de la madrasa, Ahmad avait de loin la mémoire la plus phénoménale. Il avait tout le Coran dans la tête », se souvient El Hadj Mohamed Coulibaly, son ancien maître coranique dans les années 1980 à Nara, dans la région de Koulikoro (Ouest). « On ne pouvait pas le coller ni le prendre en défaut », raconte à l’Agence France-Presse El Hadj Mohamed Coulibaly, aujourd’hui imam d’une petite mosquée de la périphérie de Bamako.

Lire l’article complet dans Le Point Afrique

Article Original

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE