Arnaques à l’africaine, victimes mondiales

Arnaques à l’africaine, victimes mondiales

0

Une escroquerie dénommée « fraude 419 » qui a pris naissance en Afrique de l’Ouest fait des ravages dans le monde entier. En 2005, les sommes extorquées s’élèvent à plus de 3 milliards de dollars.

Jiri Pasovvsky, médecin militaire en retraite âgé de 72 ans, se présente à l’ambassade du Nigeria à Prague, le 20 février 2003, pour discuter affaires avec un officiel. L’huissier le fait entrer dans le bureau du consul Lekara Wayid et entend, peu après, des éclats de voix, puis un coup de feu. Se précipitant dans le bureau, il découvre le corps du consul baignant dans son sang. Jiri Pasovsky sera condamné pour homicide volontaire à huit ans de prison. Ce paisible retraité n’a pas supporté l’arnaque dont il a été victime de la part d’aigrefins nigérians qui lui ont extorqué ses économies en se faisant passer pour de hauts fonctionnaires.

Lekara Wayid a payé pour les escrocs de son pays qui pratiquent une arnaque redoutable, connue sous le nom de « fraude 419 », du numéro de l’article du code pénal nigérian qui la réprime.
L’imagination de ces individus est sans borne, mais si l’emballage est différent, le thème est toujours le même : demander à un pigeon occidental de recevoir sur son compte bancaire une somme de plusieurs dizaines de millions de dollars que l’escroc veut faire sortir du Nigeria, moyennant une commission de 20 % ou 30 % ; une fois que la cible, faisant taire scrupules et soupçons, s’est convaincue de la réalité de l’opération et y a donné son accord, l’amener à envoyer des fonds à titre d’avance – d’où le nom anglais advance fee fraud, fraude aux avances sur frais – pour permettre au transfert principal d’être effectué ce qui n’arrive évidemment jamais. Les prétextes sont variés : taxes, frais de dossiers, corruption d’un employé de banque, déplacements. Et quand la victime se lasse, les escrocs trouvent de bonnes raisons pour faire repartir l’opération dans une autre direction tout aussi illusoire.

Lire l’article complet dans Leral

Article Original

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE