Procès en Appel de Ould MKheïtir à nouadhibou : Vers un acquittement...

Procès en Appel de Ould MKheïtir à nouadhibou : Vers un acquittement ! ?

22
0
PARTAGER

C’est ce jeudi 21 avril 2016 que s’ouvre devant la Cour d’Appel de Nouadhibou le procès en cassation du bloggeur Mohamed Cheikh Ould MKheïtir, condamné en fin 2014 à la peine de mort pour apostasie.

Procès en Appel de Ould MKheïtir à nouadhibou : Vers un acquittement ! ? C’est à la fin de l’année 2014 que Mohamed Cheikh Ould MKheïtir, jeune ingénieur de 31 ans, a été condamné à la peine de mort pour apostasie. Il avait publié un article jugé blasphématoire dans lequel il accusait la société mauritanienne de perpétuer un « ordre social inique hérité de l’époque du Prophète (PSL) ». La Cour l’avait condamné sur la base de l’article 306 (alinéa 4) du Code pénal mauritanien qui stipule que « toute personne coupable d’apostasie sera, à moins qu’elle ne se repente au préalable, punie de mort ». Lors de son procès, Ould MKheïtir qui a été flanqué d’un avocat commis d’office par la Cour, face au refus des avocats de le défendre et après le désistement de Me Ichidou, avait expliqué n’avoir pas eu l’intention de critiquer le prophète Mohamed (PSL), mais de défendre sa communauté, les « Maalemines » ou forgerons dont il est issu. Il s’était repenti mais la Cour n’en a pas pris acte.
Incarcéré depuis le 2 janvier 2014, jugé puis condamné à mort le 24 décembre de la même année, c’est aujourd’hui, jeudi 21 avril 2016 que s’ouvre à Nouadhibou, son procès en Appel. Ould MKheïtir pourrait ne pas avoir encore la chance d’avoir un avocat autre que celui qui lui sera imposé de nouveau par la Cour. Seulement, les supputations vont bon train et beaucoup pensent qu’il pourrait bénéficier de circonstances atténuantes, sous la forme d’un changement de peine, face à la pression nationale et internationale. Renié par sa famille, abandonné par sa femme et licencié de son emploi, Ould MKheïtir a été jugé en 2014 dans une atmosphère d’hystérie générale sous la férule des extrémistes religieux qui avaient créée une réelle chape de terreur, que même le président Mohamed Abdel Aziz n’a eu le courage d’affronter. Pris d’assaut le 10 janvier 2014 par une gigantesque foule manipulée par des forces obscurantistes, il a été contraint de sortir du Palais présidentiel pour absorber la colère de la foule en promettant de « prendre toutes les mesures nécessaires pour défendre l’Islam et son Prophète (PSL) ». Et cela a donné un procès où Ould MKheïtir, s’était retrouvé seul face à une hostilité générale, celle des magistrats qui le jugeaient, du public à majorité constitué de fanatiques et d’un avocat contraint au service minimum. Aujourd’hui, les observateurs espèrent que Ould MKheïtir bénéficiera d’un procès plus équitable, d’une atmosphère moins hostile, et que la cour prendra surtout en compte son repentir.
A propos du cas de Ould MKheïtir, les Ulémas sont totalement divergents. Certains pensent que la loi du Talion doit lui être appliquée alors que d’autres soutiennent que l’apostasie n’est pas punie en Islam par la peine de mort, sauf si l’apostat prend les armes et combat les musulmans. Ces derniers citent dans ce cadre des cas similaires qui se sont produits du temps du Prophète (PSL), notamment cet Arabe d’El Ansar qui avait quitté l’Islam, puis s’étant repenti, et a demandé s’il pouvait revenir à l’Islam. Le Prophète (PSL) lui dira qu’il pouvait revenir bien entendu à l’Islam. Il ne l’a pas condamné pour apostasie.
Ahmed B.
Source: http://lauthentic.info
Article Original

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE