L’ex-première dame ivoirienne Simone Gbagbo sera jugée pour crimes contre l’humanité

L’ex-première dame ivoirienne Simone Gbagbo sera jugée pour crimes contre l’humanité

0

La Cour suprême de Côte d’Ivoire a rejeté jeudi 21 avril le pourvoi en cassation de Simone Gbagbo, l’ex-première, ouvrant définitivement la voie à son procès pour crimes contre l’humanité. « Je suis fortement déçu (…). La Cour suprême a rendu une décision politique », a réagi Me Rodrigue Dadjé, un des avocats de Mme Gbagbo.

Le 27 janvier, la chambre d’accusation avait renvoyé Mme Gbagbo, 66 ans, devant les assises pour crimes contre l’humanité. Elle s’était alors pourvue en cassation. Mais le 17 mars, la Cour de cassation avait rejeté ce pourvoi, arguant que son mémoire avait été déposé « tardivement ». Affirmant avoir déposé ce mémoire dans les temps, Me Dadjé avait contesté cette décision.

L’épouse de l’ancien président Laurent Gbagbo – actuellement jugé à par la Cour pénale internationale (CPI), à La Haye –, a été condamnée en mars 2015 à vingt ans de prison, notamment pour attentat contre l’autorité de l’Etat, lors de la crise postélectorale de 2010-2011.

Lire aussi : Côte d’Ivoire : l’ex-première dame Simone Gbagbo condamnée à vingt ans de prison

Une « justice opérationnelle »

Mme Gbagbo est actuellement incarcérée à Abidjan. Considérée comme une protagoniste de la crise, l’ancienne « Dame de fer », à la personnalité très controversée, est également poursuivie pour crimes contre l’humanité par la CPI. Mais Abidjan refuse son transfèrement à La Haye malgré plusieurs requêtes de la Cour, affirmant être en mesure d’assurer à l’ex-première dame une justice exemplaire sur le sol ivoirien.

Lire l’article complet dans Le Monde

Article Original

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE