Lô Gourmo salue la dissolution du RSP au Burkina Faso

Lô Gourmo salue la dissolution du RSP au Burkina Faso

0
La décision de dissolution du Régiment de Sécurité Présidentielle (RSP) prise par le pouvoir transitoire du Burkina Faso vendredi, à l’occasion du premier conseil des ministres ayant suivi la tentative de putsch du général Gilbert Diendéré, un proche du président Blaise Compaoré, renversé par une révolte populaire fin octobre 2014, suscite un torrent de réactions en Afrique.
Ainsi, l’événement captive l’attention de la classe politique mauritanienne.
  Le Pr Lô Gourmo Abdoul, vice président de l’Union des Forces de Progrès (UFP-opposition), salue cet événement  à travers une déclaration rendue publique samedi et largement relayée par les réseaux sociaux.
Cette décision été prise vendredi  par le gouvernement de transition du Faso à l’issue du premier conseil des ministres ayant suivi l’échec de la tentative de putsch du général Gilbert Diendéré, un proche de l’ancien président Blaise Compaoré, renversé par une révolte populaire fin octobre 2014.
L’opposant mauritanien, avocat inscrit au barreau de Nouakchott et professeur de droit en France, relève qu’en « décidant de dissoudre le sinistre Régiment de Sécurité Présidentielle (RSP), le conseil des ministres du régime de transition signe la fin du putsch et remet le processus démocratique burkinabé sur les rails.
 C’est une grande leçon que le peuple burkinabé donne à nouveau au reste des africains confrontés à ce dilemme : comment instaurer pacifiquement la démocratie sans faire table rase des institutions issues de la dictature ?le maintien des « Gardes Présidentielles » exclut toute possibilité d’aller de l’avant dans la restauration de la souveraineté du peuple. Tout effort de démocratisation passe donc par leur dissolution préalable.
Telle me semble être l’une des principales leçons des événements de Ouagadougou ».
La dissolution du BASEP, présumé auteur des putschs de 2005 et 2008, est une revendication constante de l’opposition mauritanienne à chaque tentative de nouer le dialogue avec le pouvoir.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE