Mauritanie/Agriculture/Investissement : présence d’une délégation d’AAIDA et inquiétude des paysans

Mauritanie/Agriculture/Investissement : présence d’une délégation d’AAIDA et inquiétude des paysans

0
Cédées dans des conditions non encore élucidées à des investisseurs arabes, les terres de l’arrondissement de Dar El Barka continue à provoquer des bulles.
Ainsi, la  présence à Boghé (310 au Sud/Est de Nouakchott) depuis quelques jours d’une délégation de l’Autorité Arabe pour l’Investissement et le Développement Agricole (AAIDA) est une source de vive inquiétude pour les habitants  des trois (3) communes de cet arrondissement.
Les  populations  de Dar El Barka, Ould Birome  et Dar El Avia s’opposent à la cession de 3200 hectares de terres agricoles « sans consultations préalables et sans contre partie » à un investisseur saoudien.
Les autorités avancent  la thèse de terres « mortes » et donc sans propriétaires.
 Une prétention rejetées par   les populations qui  revendiquent « une propriété séculaire » et dénoncent « une volonté obstinée de bradage de leurs terres au profit d’intérêts privés et de l’agro business international».
Après les Organisations Non  Gouvernementales (ONG)-ce  conflit foncier mobilise désormais l’attention de la classe politique.
Ainsi, le Forum National pour la Démocratie et l’Unité (FNDU)-un collectif composé de partis politiques, Organisations de la Société Civile, centrales syndicales et personnalités indépendantes, dénonce « la délinquance des autorités » dont l’expression se traduit  par  « une démarche obstinée de bradage des terres ».
Quant à l’Alliance pour la Justice et la Démocratie/Mouvement pour la Réconciliation (AJD/MR), il appelle à un  véritable débat national sur la question foncière, dimension essentielle  de la cohabitation communautaire en Mauritanie.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE