Le FNDU dit non au nouveau format de dialogue préconisé par le...

Le FNDU dit non au nouveau format de dialogue préconisé par le pouvoir

0
 Le pouvoir prépare activement un nouveau format de dialogue impliquant à titre distinctif les partis politiques, organisations et personnalités indépendantes pour le 07 septembre prochain, selon un courrier du ministre, Secrétaire Général de la Présidence de la République, Moulaye Ould Mohamed Laghdaf, ex premier Ministre et principal négociateur du pouvoir.

Le Forum National pour la Démocratie et l’Unité (FNDU)-un collectif  de partis politiques, organisations de la société civile, centrales syndicales et personnalités indépendantes, rejette ce nouveau format  et ne répondra à la convocation du 07 septembre prochain.
Le FNDU considère l’invitation au dialogue du 07 septembre comme « un revirement spectaculaire conçu pour mettre fin au processus entamé depuis plusieurs mois avec le partenaire que nous sommes, pour nous inviter sans aucune consultation préalable, à un autre processus dont vous êtes les seuls à décider et à connaître les objectifs ».
En avril et mai dernier, les délégués du pouvoir et FNDU se sont rencontrés à 3 reprises pour dans le cadre des préliminaires d’un dialogue national, suspendu depuis lors.
Maître Diabira rappelle que « la règle de base de tout dialogue est l’accord préalable des parties sur son format et son organisation.
Ainsi, nous sommes en droit de douter de votre engagement sans réserve dans le processus de dialogue, alors que vous remettez en cause de façon unilatérale le processus de dialogue entamé d’un commun accord entre nous, en appelant à un nouveau processus sans consulter préalablement vos partenaires ».
Contrairement au contexte d’une « démocratie apaisée » décrite dans la correspondance du ministre Secrétaire Général de la Présidence de la République, le président du  FNDU présente la Mauritanie comme  un pays « en crise politique, économique et sociale depuis le coup d’état du 06 août 2008 » dans une sous région aux multiples menaces sécuritaires.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE