L’UFP condamne des rafles au faciès et des violences contre les noirs

L’UFP condamne des rafles au faciès et des violences contre les noirs

0
L’instauration de l’obligation de la carte de séjour est à l’origine de nombreuses tracasseries contre les ressortissants d’Afrique  de l’Ouest résidant en Mauritanie. Une réalité qui commence à susciter l’indignation de la classe politique.
’ Ainsi, l’Union des Forces de Progrès (UFP)-opposition,  condamne  des rafles au faciès et des violences aveugles,  touchant des individus originaires d’Afrique de l’Ouest et même des nationaux de couleur noire, dans une déclaration rendue publique vendredi soir.
Le parti de l’opposition « dénonce avec force l’exercice de la violence aveugle de la part de certains membres des forces de l’ordre encouragés par leur impunité et exige que justice soit faite en faveur des victimes ».
Le résultat de ces pratiques attentatoires aux droits humains est une situation « d’une extrême gravité, avec  les risques qu’elle  fait peser sur l’unité nationale, de plus en plus fragilisée par les pratiques inacceptables et discriminatoires du régime et ses manœuvres visant à  diviser les mauritaniens ».
Décrivant les rafles de Nouakchott, la déclaration fait état « de patrouille lancées aux trousses « de suspect » dont le seul tort apparent est la couleur noire de leur peau ».
Depuis plusieurs mois, signale-t-on, des rafles touchent de nombreux ressortissants d’Afrique de l’Ouest vivant en Mauritanie, notamment des sénégalais pour « défaut de cartes de séjour ».

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE