Presse et Société à l’école des situations d’urgence humanitaire  

Presse et Société à l’école des situations d’urgence humanitaire  

0
Une centaine d’acteurs issus de la presse et de la Société Civile ont participé à une journée de sensibilisation sur « la priorité aux populations en situation d’urgence humanitaire » mercredi dans les locaux du musée national.
Cette journée été organisée par le gouvernement  et le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) restent dans la foulée de  célébration  de la Journée Mondiale de la Population 2015 (JMP2015), après la cérémonie du 11 juillet dernier.
 Le ciblage de la presse de la Société Civile  est fondé un double  rôle d’acteurs de développement et de leaders d’opinion, par rapport à un thème de la plus haute importance « populations en  situation d’urgence humanitaire » qui interpelle l’Afrique et toute l’humanité.
Il apparaît ainsi « la volonté de mettre en évidence les besoins particuliers des femmes et des adolescents pendant les conflits et les catastrophes humanitaires » a expliqué le représentant résident en Mauritanie de l’UNFPA, Assane Bâ.
Les cas de catastrophes naturelles et de conflits « occasionnent des déplacements de populations, la déstructuration des biens et des infrastructures sociales, poussant la plupart des   plans nationaux de contingence à se focaliser sur les besoins  d’abris, d’alimentation et de sécurité.
Le maillon faible de ces plans demeure,  l’aspect combien  vital, lié aux besoins en Santé Sexuelle et Reproductive (SSR) des populations déplacées, alors que toute intervention en situation d’urgence doit en tenir compte » selon l’agence onusienne.
Même dans les conditions normales, la principale cause de décès et de maladie chez les femmes en âge de procréer reste liée aux complications de la Santé de la Reproduction (SR).
Depuis 2012, rappelle-t-on, la Mauritanie a fait face à deux (2) situations d’urgence humanitaire : la présence de 52.000 réfugiés maliens dans le camp de M’Bera (Est du pays)  et la situation alimentaire et nutritionnelle déclenchée par le déficit pluviométrique de 2011, qui a touché pratiquement tout le Sahel.
Face à ces situations, le gouvernement a élaboré des réponses  appuyées par l’UNFPA « pour garantir l’accès aux soins de santé de la reproduction en situation d’urgence et promouvoir les droits humains, en particulier la protection des femmes en âge de procréer contre les Violences Basées sur le Genre » a rappelé Mr Bâ.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE